• S'occuper des causes

    Ils oublient, ils ignorent, ou le feignent, que les faits sont des effets et qu'une chaîne de causes les a précédés. Je commence par la comparaison : une approche logique des soins à donner au corps souffrant rend ridicules, mais économiquement compréhensibles, les anciennes pratiques : l'étiopathie, l'ostéopathie, en allant chercher ce qui est à la source d'un fonctionnement altéré,au regard de la médecine chimique et occidentale, qui ne s'occupe que la partie atteinte, et médicamente au risque (calculé) de causer d'autre maux. Il faudrait appliquer ce changement de vision à l'échelle de notre Terre malade : elle souffre, les phénomènes sont évidents, de plus en plus graves, accroissent leurs ravages, les métastases s'étendent, les fonctions vitales sont compromises. L'on connaît les explications de cet état ; mais, tel un fumeur cancéro-pulmonaire qui continue à fumer, les terriens non seulement empruntent encore les voies de la maladie, mais augmentent les doses de poison, tout en supprimant les possibilités de retour à l'équilibre de la santé : déforestation, stérilisation des sols, consommation excessive de transports et d'énergie, surpopulation, commerce mondialisé et financiarisé, reposant sur la spéculation, etc.

     

    Qui sera l'étiopathe du monde ?