• Qui est coupable?

    On veut nous faire croire que nous contribuons au changement (au désastre devrait-on dire) climatique si nous protestons contre l'augmentation des taxes sur le carburant. On veut nous faire croire que la masse d'argent dégagée permettra de favoriser les énergies dites (faussement) propres.
    Ce qui me gêne, outre ce bourrage de crâne qui ne convainc personne, ce n'est pas l'amputation du pouvoir d'achat, je m'en réjouirais plutôt: moins nous consommons, mieux c'est. 

    Non, ce qui me gêne surtout, c'est que la façon de détourner les faits est biaisée: le vrai coupable, c'est le système commercial et capitaliste, qui cherche à se pérenniser en détournant l'attention, en culpabilisant chacun, en se parant de vertus vertes, costume qui ne lui convient décidément pas! Les grandes entreprises, dans ces temps où il faut être stupidement trumpisé pour nier la gravité du problème, ont trouvé une occasion de faire autrement des affaires, en remplaçants les produits polluants qu'ils exploitent par d'autres, tout aussi polluants, mais différemment. Il s'agit de continuer à dégager des bénéfices, pour le profit personnel de dirigeants avides et d'actionnaires aveuglés ou immoraux, en faisant croire que c'est là l'avenir écologique de la planète. Ainsi de la fabrication, de l'installation des éoliennes et des panneaux solaires, dévorateurs de matériaux, empoisonneurs de paysages, stérilisateurs de terres. On est plus coupable de laisser s'ériger la brasseuse d'air que de faire quelques kilomètres en voiture, fût-elle diésellement motorisée.