• Les gauchers ont déjà leur île et leur Jardin, leur guitariste scarabesque, leurs sportifs adroits de l'autre côté, mais sont-ils pour autant reconnus comme ils devraient ? Leur minorité est souvent considérée comme un handicap : être gaucher peut être pire qu'être de gauche : ils sont en proie à la gauchophobie.

    Comme pour les Noirs, les vocables les distinguant sont connotés péjorativement. En latin sinister, une gaucherie, un gauchissement, le maladroit est gauche, forcément. Et, chez les gauchers, il y a aussi les transgenres, que l'on appelle ambidextres, et non ambisinistres, bien entendu.

    Il est temps de prendre les mesures législatives pour sanctionner tout propos vexatoire à leur encontre, du type : « eh, t'as deux pieds gauches ? » ou « tendre la joue gauche ».

    De même, on demandera aux droitiers de tendre leur main gauche pour saluer un gaucher ; sur les routes les gauchers rouleront à gauche, et les droitiers à droite. Pour éviter les accidents, les priorités seront à l'avenant, et on adoptera le principe de la circulation alternée.

    Quand ils écrivent, sous dictature droitière, les gauchers recouvrent de leur main ce qu'ils viennent de tracer ; avec ce que cela suppose d'étalage disconvenant d'encre fraîche. Par conséquent, désormais, ils écriront de droite à gauche. Dans les écoles, on veillera à ce qu'il n'y ait aucune discrimination en apprenant à tous à lire et à écrire dans les deux sens. Avant d'intervenir, le gaucher lèvera le bras gauche et le droitier le bras droit.

    J'espère qu'il ne faudra pas en appeler à la grève des gauchers pour obtenir une nouvelle dénomination afin d'ôter les restes d'un racisme aussi séculaire que terroriste. Un sondage sera organisé pour leur choisir un nouveau nom. À proscrire : non-droitiers, sinistrés bien sûr.

    Quelques propositions : troidiers, mais trop dépendants de la fausse norme. Il faudrait donc se montrer plus inventif pour trouver un vocable joli, sans aucun lien avec droite ou gauche, tout en gardant les deux syllabes et le suffixe en -er :

    - « rocher » est déjà pris,

    - « loger » fait penser à une agence immobilière,

    - « roger » fait penser à un ancien prénom,

    - « ligier » à une marque de voitures,

    - « léger » a déjà un antonyme,

    - « lisier » n'est guère reluisant,

    -  « riger », mais on dirait « les rigers », et l'on penserait trop architecturalement, …

    Je pencherais plutôt pour les appeler les « ouesters », puisque sur les cartes l'ouest est à gauche, et cela permettrait de nommer les anciens droitiers, à la connotation positive imméritée, les « esters ». La droite devient l'este, la gauche l'oueste. Évidemment, il ne faudra pas confondre un député d'este avec un député de l'est, et il ne sera pas forcément ester. Les modifications nécessaires pour la vie courante se feront rapidement, pour éviter une trop longue transition : cours de conduite : « tournez à l'este, puis à l'oueste », des mal latéralisé.es on dira « il.elle ne sait pas reconnaître son este de son oueste ». Un nouveau problème se pose quant aux genres de ces substantifs ainsi créés. Pour déminer tout conflit, on dira toujours l'este et l'oueste ; il est vrai que l'-e final.e invite à les considérer comme féminins, comme l'étaient déjà « droite » et « gauche », il.elle est vrai.e. Donc on dira « je vais t'envoyer une belle este » ou « une belle oueste », qu'il ne faudra pas confondre, lors d'élections, avec l'expression « se prendre une belle veste ».

    Dans le cadre de cette rubrique contre toutes les discriminations, nous aborderons dans le prochain dossier le sort fait aux porteurs de lunettes (bigleux, binoclards, intellos, …) en envisageant comme mesure nécessaire l'obligation qui sera faite à tous et à toutes d'en porter.


  • La neige blanchit

    Les ministres salis

    Le spectacle est beau

    Mais pas l'info

    Beau le paysage

    Pas beau le déballage

    Fermer le bouton

    Dehors allons

    Du grand air

    Pas délétère


  • Passé est un temps mal nommé: le passé

    Est de mon présent, il ne saurait passer.


  • La lutte contre la médiocrité se fait

    Mot à mot syllabe à syllabe et pied à pied.


  • Laisser passé poissé

    Pas s'y fier pacifier

    Parfaire pas refaire

    Désavouer l'abus

    Déjà jouer le but

    Laisser venir l'avenir

    Délivrer le navire

    Délester de l'excès

    Des essieux désaxés

    Digérer diriger

    Corriger rejeter

    Les tyrans se tirant

    Le champ libre laissant





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique