• Parfums de rentrée et d'Amour (2)

    Le 2 sept. 2013 à 05:50, XH a écrit :

    Mon réveil va sonner. C'est à toi que vont toutes mes pensées, tout mon Amour. Une belle journée pour toi. Je suis avec toi.

    Le 2 sept. 2013 à 16:52, XH a écrit :

    Encore une réunion de 17 à 18 (?). Je devrais être de retour chez moi vers 19h, je te ferai signe le plus vite possible.
    Tu me rends heureux. Demain il faudra que je travaille pour mes cours, mais je serai chez moi de 10h à 17h30, puis à partir de 20h, peut-être aurons-nous l'occasion de nous parler plus longuement. Merci énormément. Tu es devenue le beau centre de ma vie (12).

    Le 2 sept. 2013 à 19:57, XH a écrit :

    Je suis là, appelle-moi dès que tu le peux. (12)

    Le 2 sept. 2013 à 20:37, XH a écrit :

    J'aimerais que ce soit ce soir. Mais je ne connais pas tes contraintes et tes projets. De mon côté, pas de problème, je suis seul et le travail que je dois faire peut attendre demain. J'ai voulu IGiser ce midi l'endroit du coup de téléphone: photo de groupe sur le parvis de La Treille que tu as certainement reconnue. Mais la connexion ne s'est pas faite. Tu as maintenant reçu cet avion prêt à décoller pour atterrir du côté de Fontenet avec mon âme que je dépose à tes pieds. Merci pour la photo où tu laisses voir beaucoup ton beau cou.
    Si je n'étais pas déjà complètement, follement, princement dingue de toi, ces seuls clichés m'auraient instantanément rendu malade d'amour. Que tu es belle! Je sais d'autres te le disent aussi, mais pas comme moi. Toi aussi tu me manques, mais quel bonheur cet appel dans l'agitation, ces mots qui nous attendent dès que nous ouvrons nos appareils!
    A quand tu peux pour un appel ou un message. Je t'aime. 

    Le 2 sept. 2013 à 21:25, XH a écrit :

    Je comprends. Tu n'as pas ma liberté de mouvement et de paroles, mais tu parviens quand même à te manifester pour moi, sans risques j'espère.
    Sauf changement, mes cours seront concentrés sur le mercredi et le vendredi. Demain matin il faut que j'y aille pour assumer ma tâche de professeur responsable. 
    Je me sentais très bien aujourd'hui, quelques pointes d'humour, de la fermeté, j'ai voulu aussi bien leur faire comprendre qu'ils pouvaient compter sur moi pour les écouter. 
    Bonnes relations avec les collègues, sauf un moment de tension (il ne faut pas me chatouiller), et de l'humour noir qui n'est pas forcément apprécié par tous. Si tu aimes je te raconterai l'histoire. Je pensais à toi sans arrêt, comme tu l'as vu, j'ai pu t'envoyer quelques messages, et même en compagnie, ta pensée ne me quittait pas ("ma Marion"...).
    J'aime te voir, tu es si belle. 
    Bravo pour le travail de couture, quelle experte tu fais! Là mes appréciations sont dépassées par celles de tes admiratrices qui s'y connaissent, elles. Entre un message et un instagram, Marion cousait... Je t'aime.

    Le 2 sept. 2013 à 22:04, XH a écrit :

    Tu es vraiment prête à tout. Voici: on évoquait le triste sort d'un étudiant dont le père venait de mourir (suicide par pendaison, après  une première tentative ratée). Moi: forcément, il ne faut jamais dire à quelqu'un qui a cherché à mettre fin à ses jours: "Repens-toi!" ... 
    Le sujet qui m'a conduit à être moins drôle (?), c'est de la cuisine interne, rien d'intéressant.
    Je saisirai toutes les occasions de te dire que ce que tu fais est beau, parce que c'est de toi.
     
     Mon plein de choses que je ne peux pas écrire.....= 12. Deux remarques: 1- ce rythme t'est vraiment naturel; 2- pourquoi ne pourrais-tu pas les écrire? J'aimerais savoir.

    Je peux encore te consacrer du temps, mais je comprends que ce n'est pas ton cas. N'hésite pas si tu le peux. Et si ce message était le dernier pour ce soir (ce qu'à xavier ne plaise), je te remercie pour cette journée que tu as rendue belle.  Je profite de ton cou découvert pour y poser mes lèvres, tout doucement et longtemps, longtemps, en murmurant Marion, ma Marion, mon Amour

    Le 2 sept. 2013 à 22:49, XH a écrit :

     Bonne nuit ma belle amie. A demain, ta voix... tes mots ... ta présence.