• On nous prend vraiment pour des gogos

    Ils voient en nous des pions nécessaires pour faire tourner leurs machines à profit. Ils s'emparent de sujets dans l'air du temps pollué et colorent de vert les nouveautés prétendument écologiques.

    Pour relancer l'industrie automobile, on nous incite à acheter des véhicules électriques dont la fabrication et le très imparfait recyclage n'ont rien de respectueux pour l'environnement. On ne cesse de nous dire qu'il faut passer aux énergies renouvelables, or les éoliennes contribuent au bétonnage, et à l'enlaidissement des paysages, les barrages multipliés, les panneaux photovoltaïques causent aussi de dommages à la nature. On veut nous faire croire qu'il faut produire toujours plus d'énergie, alors qu'on la gaspille pour des usages inutiles et luxueux.

    On veut nous faire croire que l'emploi salarié est une obligation absolue. Au nom de ce dieu (emploi = argent = consommation = la machine tourne), on invente de grands chantiers, on fait des routes, des tunnels, on bétonne partout. Sauver l'emploi est un slogan stérile et passéiste. C'est la terre qu'il faut sauver, et en finir avec ces activités qui contribuent à la faire périr: usines, industries, commerces, qui fabriquent de l'inutile et de la pollution. Tout ce qui contribue à dégrader la planète devrait être interdit, tous ceux qui ont une responsabilité dans ce système déraisonnable devraient être jugés et empêchés d'agir.

    Et alors peut-être les petits-enfants des trentenaires d'aujourd'hui pourront encore admirer les fleurs libres au bord des champs sans glyphosate.