• Mélanchon a (parfois) (un peu) (en partie) raison

    Seulement le système est verrouillé si le gens passent par les canaux traditionnels pour s'informer .

    La presse est rarement indépendante. Par conviction réfléchie, par formatage ou par nécessité économique, les donneurs de nouvelles sont intégrés à la grande machine à décerveler qui, à l'instar des moyens éducatifs, ne voient le monde qu'à travers des schémas idéologiques soumis au commerce, à l'industrie, au capital, toutes pratiques qui ont mené le monde au seuil critique où il se trouve aujourd'hui, avec l'habileté totalitaire qui consiste à accoutumer chacun à ces aberrations, et, au moment où, enfin, des consciences éclairées en dénoncent le fonctionnement, à faire croire qu'il n'y a pas d'autres modes de vie. Confier le pouvoir à une caste intéressée par l'argent et la gloire conduit malheureusement à la corruption, au népotisme, à l'égoïsme, à la manipulation, à l'amoralisme, à la financiarisation de tout. Et, malgré les évidences, il nous faut subir encore les déplorations liées à des taux de croissance faibles, des décisions scandaleuses au nom de l'emploi, alors que la désindustrialisation et le chômage sont des chances qu'il faut savoir saisir pour bâtir une autre façon d'habiter la terre.

    Il s'agit de mettre en place une éducation d'un nouveau type, tournée vers le respect de la planète, l'action positive, la curiosité intellectuelle, afin que chacun soit partie prenante dans ce projet salutaire, et non consommateurs soumis aux modes, à la publicité, à l'argent, aux écrans…

    Tous jardiniers, lecteurs, acteurs, le bonheur !