• Maux et mots, émois d'Amour

    Le 4 sept. 2013 à 06:27, XH a écrit :

     En y réfléchissant (la pensée de t'avoir déplu me taraude), je crois avoir compris la source de mes propos malheureux et injustes: toujours ce fond d'angoisse qui refait parfois surface, la peur de te perdre. Or, en en l'avouant plus ou moins directement, j'en arrive à être contre-productif, parce que désagréable. Je te promets de continuer mes efforts pour ne plus me laisser envahir. J'espère que bientôt sur mon bulletin d'amour, tu pourras signaler ces efforts et ces progrès. Marion je te jure que je fais confiance et à toi et en l'Amour que nous partageons. Je te remercie de ton pardon et de toutes les paroles que tu me dis et que tu m'envoies; il me faut être à la hauteur.

    Je te souhaite une belle journée. Sois heureuse. Je t'aime. Ton xavier qui ce matin a retrouvé son sourire qui s'accentuera en recevant la moindre manifestation de ta part Amour adoré, ma Marion tant aimée.

    Le 4 sept. 2013 à 17:11, XH a écrit :

     Merci pour ta présence au cours de cette journée, pour ton soutien et ton souci de moi. Je rentre vidé, et peu en forme à vrai dire. Heureusement, en sortant vers 16h, j'ai entendu une remarque positive d'une étudiante qui, sans s'apercevoir de ma  présence non loin derrière elle, confiait son bilan de journée à ses camarades; ce qui donnait à peu près:

    "Je suis fatiguée, trois heures d'allemand, quatre heures de Lettres, il faisait chaud, mais les Lettres j'ai bien aimé". Je m'en contenterai pour aujourd'hui.

    Le 4 sept. 2013 à 17:26, XH a écrit :

     C'est bien ta légèreté, sauf qu'elle ajoute un poids à ma morosité du jour. Je préfère te parler. Je sais que tu plaisantes, que tu veux mon sourire, merci de l'intention. Tu me diras pour demain. Transformer mon amour en drague, attachant... Tant que tu ne me chasses pas... Je ne suis pas marrant en ce moment. Si tu me supportes comme cela, c'est positif. Je te promets de retrouver mon enthousiasme très bientôt, je t'aime tant, et je respecte le contrat que j'ai fait avec toi, celui de la vérité. Mais toi, parle-moi de toi, Marion, s'il te plaît.

    Plus d'amour? Plus de manque?

    Le 4 sept. 2013 à 17:40, XH a écrit :

     Pardonne-moi (oui encore). Il me souvient que tu ne voulais pas être ni mon infirmière ni ma maman, et je me rends compte que je n'arrête pas de geindre, ce qui n'a rien d'admirable et te confirme mes failles. Je reçois ta réponse, et je m'y rends pour poursuivre.

    Le 4 sept. 2013 à 17:45, XH a écrit :

     Merci pour ton réconfort, j'en ai franchement besoin, je n'arrête pas de pleurer. Et de nous deux ce n'est pas moi le plus en difficulté. Je te crois, je t'adore. Je n'ai plus de mots pour te dire à quel point je tiens à toi.

    Le 4 sept. 2013 à 17:52, XH a écrit :

     Marion, ma Marion, quelle intensité, quelle beauté, quelle sincérité dans ce que tu me dis là. Je suis égoïste, c'est à moi de te soutenir, je comprends mieux. Tu vois, je t'aime tellement que je crains dès qu'un de tes mots est perçu par moi comme un retrait. C'est aussi pourquoi je t'invitais à tout me dire, à ne pas avoir peur d'aller loin dans la confidence. Je te rappelle ma promesse de te respecter absolument, d'être constamment à ton écoute, je ne veux pas te rendre malheureuse, ce serait le comble! Mon Dieu Marion, que je t'aime!

    Le 4 sept. 2013 à 17:56, XH a écrit :

     Merci Marion, nos chemins sont proches. Nous découvrons tous les jours de nouveaux aspects de notre relation; pour moi si je sais que tu m'aimes tout redevient supportable.

    Le 4 sept. 2013 à 18:11, XH a écrit :

    Oui Marion, j'ai lu. Oui ma Marion, mon Amour je suis pleinement rassuré. Oui tu m'aimes, je veux en être digne. Je veux te soutenir, être là pour toi. Qu'aimerais-tu que je puisse t'apporter? Nulla dies sine Krisis...je vais déjà retrouver ma sérénité, je sais que tu me comprends, tu es belle d'âme, ma Marion, ma reine adorée.

    Le 4 sept. 2013 à 18:15, XH a écrit :

     Oui, oui je suis tout à TOI, mais j'étais en hésitation devant "ce combat me tue". Que faire? Que dire? Je ne peux ne veux renoncer à toi, surtout si toi aussi tu m'aimes. Tu as vu que tu es le Tout de ma vie.

    Le 4 sept. 2013 à 18h18, XH a écrit :

    Non non mon Amour au contraire. (vois le mot précédent). Je ne quitte pas l'ordi. Je ne te quitte pas,  je t'aime, je te sais là au plus près de moi qu'il est possible d'être, compte tenu des circonstances.

    Le 4 sept. 2013 à 20h24, XH a écrit : 

    Je pleure comme une madeleine, mais n'ai quand même pas perdu toute lucidité. Ainsi ton appel m'a fait un bien fou et pleurer beaucoup. Ce que nous vivons n'est pas facile, mais on sait bien que l'amour fait aussi souffrir. Mais rien ne vaut le sentiment d'aimer, de se sentir aimé.

    Le problème c'est que je ne t'aime pas encore comme toi tu le voudrais.

     Marion, je te fais vivre une situation difficile, tu prends des risques pour moi, tu penses à moi, tu m'aimes. J'ai la certitude d'être aimé de toi. Ma frustration d'aujourd'hui (qui s'ajoutait à la fatigue de la rentrée, j'ai fait sept heures de cours en huit heures consécutives, au manque de sommeil, à d'autres soucis de natures diverses), venait du fait que je ne voyais aucun mot d'amour de ta part. Tu m'as accompagné tout au long de ma journée, mais en évitant de répondre à mes questions directes concernant le sentiment. C'était déjà énorme que de m'encourager ainsi au fil de la journée..

     Ensuite tu m'as écrit de très belles choses puis tu m'as appelé au téléphone! Ce geste, les mots que tu m'as dits (certains d'entre eux étaient à peine audibles...?) sont de belles preuves d'amour.  Je comprends mieux, je ne peux et ne veux te faire aucun reproche.  "comme toi le voudrais"  je  ne "veux" pas, j'ai le privilège immense, incroyable, que jamais je n'aurais cru possible d'être aimé par une femme comme toi. C'est cela qui me fait du bien, c'est le savoir qui apaise mes inquiétudes. Mais je n'ai pas à te dicter ce que tu devrais m'écrire. C'est vrai que j'aimerais que tu laisses davantage aller ce que te dis ton cœur, mais tu m'as expliqué ta gêne, que je comprends évidemment. Je ne te demande pas de promettre que nous serons à deux un jour, ni de me donner un rendez-vous pour que nous passions (!) un moment ensemble. Aujourd'hui, c'est me savoir aimé qui me comble. Nul ne sait de quoi demain sera fait. Me comprends-tu? Marion ma Marion mon aimée

    Le 4 sept. 2013 à 20:28, XH a écrit :

     Par le nez comme tout le monde.

    J'étais en train de terminer mon message quand tu m'as rejoint. Ce n'est pas de l'amour cela?

    Et Toi mon Amour, parle-moi de toi. Je ne veux pas que tu souffres à cause de moi. Je t'aime trop.

    Le 4 sept. 2013 à 20:34, XH a écrit :

     Je t'aime, que pourrais-je faire pour te faire plaisir? Pour te remercier d'être là pour moi, de m'accorder tout ce temps: cadeaux inestimables. Et en plus d'accepter mes faiblesses.

    Le 4 sept. 2013 à 20:41, XH a écrit :

     Oui. Bonne soirée, bonne nuit. Toi non plus tu ne me quittes pas. Mon adorée.