• Les onze

    Pourquoi prononce-t-on "les onze" sans faire la liaison? La question est d'actualité pour deux raisons:

    - Les équipes de foute comptent onze joueurs sur le terrain. En cette période où il ne sera bientôt plus question que de foute, on entendra sans cesse "les onze"...

    Et la deuxième raison, me demandez-vous, impatients que vous êtes? J'y arrive, pas d'inquiétude vôtre:

    - Un roman de Michon (non, pas Et son petit poulain) est au programme de l'ENS-Lyon, et s'intitule, je vous le donne en ... onze: Les onze.

    Pourquoi ne pas prononcer "les z-onze? Quand l'hiatus se fait, c'est que le mot commence par h aspiré: la honte, les hontes (pas les z-hontes...). "Elle est hantée" ne se prononce pas comme "Elle est tentée". Il est vrai que j'entends parfois "les anses", sans la liaison pourtant normale, comme on dit "l'aisance". Les onze anses donnent de l'aisance! 

    On entend aussi "le un" (comme le Hun), alors que c'est "l'un", et pas l'autre, ou pire, "les un an" (sans la liaison, voir un article précédent sur ce sujet).

    Les voyelles nasales seraient-elles la cause de ce phénomène étrange? Non, puisque la voyelle "in" ne provoque pas de tels résultats: les z-individus, les z-invités.

    On entend aussi "le onze de Deschamps", "le onze de départ", alors qu'il faudrait dire et écrire "l'onze": on ne dit pas "le oncologue"!

    Un mystère voisin me turlupine itou: N'avez-vous ouï un jour: "j'ai un problème de z-yeux". Est-ce pour éviter l'ambigu "j'ai un problème Dieu"? J'ai même entendu lors d'une colle une étudiante lire ainsi le premier vers du "Pitre châtié" de Mallarmé, qui commence, comme chacun sait, par ce substantif pluriel: "Zyeux, lacs, avec ma simple ivresse de renaître".

    C'était mal vu!