• Humanité têtue tu tues

    Danse macabre

    Et qui pis est tu te perpétues

    Repas palabres

    Aux propos vains tu t'habitues

    Ou tu te cabres

    Coup de sang coup de tête coup de reins

    Tous les humains

    Sont consanguins

    La race alors ne peut que régresser

    CQFD


  • Que sont les amis de Vénus

    Où sont les cyprès ténus

    Au cimetière crois-je

    Aussi me tairai-je

    Y croiserai-je Nadège

    Qui n'a d'âge

    Autre que celui

    De la vive image

    Laissée dans mon esprit

    Où tout se vit se ressent

    Malgré les mois les ans

    Au présent de la mémoire

    Il n'y est de retard

    Sens déçus dessous

    En un étrange flou

    Flotte sous l'écume

    Dans la profonde brume

    Des bribes que j'exhume

    C'est mon passé

    Sollicité pêché

    C'est certes confus

    Mais c'est là qu'on fut

    La mienne âme même

    En un diadème

    Unifie le disparate

    Qui n'éclate

    Si l'on sort du magma

    Un visage qui nous marqua

    Et dont la trace

    Ne passe

    Nous marqués

    À jamais


  • Je suis arrivé dans ta vie

    Comme un je veux sur le potage

    Comme un retour du défoulé

    Comme un sucre dans le qu'as fait tu

    Comme tant de chance dans ton destin

    Une ouverture aux peaux cibles

    Un brouillon de magie

    Un bonheur qui arrive seul

    Une bonne heure

    Un désir de l'arrêt à lutter

    Un rêve qui a pris cher

    Un esprit aux pieds de toi

    Épris au piège de toi

    Au comble de toi

    Un chevalier venu des fonds de ton temps

    Un amoureux heureux de l'âme de fond

    Un amant soumis de côté du cœur

    Un pantin pendu à tes lèvres

    Un fou à lier nos initiales

    Et nos vies si vitales

     

    Tu as manqué l'occasion

    Tu as manqué les occasions

    Gratuité du don

    Mauvais calcul

    Tu m'as transformé en souvenir

    Métamorphose de l'osmose en chlorose

    Chute de la grâce en silence

    Je n'ai pas joué et j'ai perdu

    Tout perdu en te perdant

    Vraie vie de manque

    Survivre à ton refus déploré

    Des pleurs sous vivre souffrir

    Les mots ne peuvent suffire

    ...

     


  • Touitos tutos merdos

    Pouce levé pouce baissé

    Et la pensée ?

    Laïker bacher seurfer

    Et le Français ?

    Selfi je me hisse

    Moi Narcisse

    Des écrans issus

    Réduit

    Aux émojis

    Haine des phrases et de mots

    Du style et du beau

    Résossossots

    Des amis faux

    Fais gaffe à GAFAM

    On y perd son âme

    Machine à clics

    Pathétique

    Publicité

    Non demandée

    Internet

    Tout sauf net

    Loi des youtubeurs

    Des fessebouqueurs

    Diffameurs

    Moralisateurs

    Choisis la vraie valeur

    De la vie sans leurre

    La toile a régné

    Elle t'a fait renier

    Ta part profonde

    De ses mauvaises ondes

    Libère-toi

    De sa loi

    Se défaire de ses fers

    Pour le devoir

    De voir

    La vérité

    Telle qu'elle est

     

     

     

     

     


  • La vie est comme un chemin traversé de ronces

    Où il faut parfois se dire tant pis je fonce

    Quitte à saigner du sang, quitte à s'égratigner

    À pleurer des larmes de ses yeux alarmés,

    À sentir son cœur déchiré dans sa poitrine,

    Son âme belle en lambeaux lacérée d'épines.

    Ce qui fut ne peut se conjuguer qu'au passé,

    Même les paroles d'un futur projeté,

    On s'aime, on se rêve, on s'imagine nous deux,

    L'avenir était alors un présent heureux,

    Rien ne résisterait, nous, c'était l'évidence même,

    Intense élan du toujours innové je t'aime.

    Les souvenirs reviennent, les promesses mortes

    Hantent ma mémoire d'un avenir qu'on avorte,

    Lesté de ces images magnifiques et dures,

    Il me faut soumettre ma vie au temps qui dure,

    Affronter les nouveaux coups du sort et des cons,

    Les médiocrités mesquines, les trahisons,

    Mais après les souffrances souffertes tout paraît

    Léger : les voyant s'ébrouer dans les marais,

    Là je les laisse à leurs soucis superficiels,

    Et je porte mes regards vers le bleu du ciel.

    C'est ainsi que j'avance encore idéaliste

    En dépit des coups et des raisons d'être triste.





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique