• Vais-je être encore amoureux ? Me revient en tête

    L'air et les mots simples d'un sensible chanteur :

    « On a beau dire... ». Ce n'est le goût du malheur,

    Des dures peines, des douloureuses défaites…

     

    Il n'est pire souffrance, plus dense et complète,

    Sentiment du vide, inextinguibles les pleurs,

    Perte d'attrait de la vie quand est mort le cœur ;

    Les livres, les amis et leurs conseils si bêtes…

     

    Sans cesse repassent les mots et les images,

    En sont plus cruels les maléficieux dommages :

    « Mais chérie, tu m'avais dit, tu m'avais promis... »

     

    Plaintes infantiles de l'amant délaissé,

    Au destin souverain, aux yeux d'elle soumis…

    Aimer encore quand on se sent tout cassé ?


  • Vois comme je suis belle admire-moi

    Comme je m'admire moi

    Vois mon visage mes jambes mes mains

    Hier aujourd'hui demain

    Vois mes enfants mon chien mes objets

    Mon intérieur bien rangé

    Vois ma réussite totale en tout

    Mon corps si parfait surtout

    Vois moi dans ma voiture ou à Venise

    Dans mon salon ma remise

    Vois aussi mes talents de photographe

    Mes cadrages j'y fais gaffe

    Vois comme j'ai des chaussures de luxe

    Un parfum un sac de luxe

    Vois mon physique avantageux parfait

    Mon nez ma bouche mes traits

    Vois … Pourquoi ne me regardes-tu plus

    Qu'est-ce donc qui t'a déplu

    Vois-tu je comprendrais ta jalousie

    Comment vis-tu sans selfie

     


  • À moi les émois

    À vous d'avouer

    Si l'amour est là

    Que vous ressentez

    Douleur de l'aveu

    Exaltant aussi

    Sera-t-il heureux

    Si je lui confie

    Ce que je ressens

    Confus sans effort

    Le bizarre instant

    Cœur battant plus fort

    Disparaît le temps

    Rêves éveillés

    Sourires béats

    Toujours ces pensées

    Ces images-là

    Ne veux les chasser

    Ne le puis non plus

    Perte de maîtrise

    Suis toute perdue

    Faut-il que je dise

    Comme innocemment

    Est-ce là bêtise

    Qu'il est mon amant

    Qu'à lui je ne cesse

    De dire mots doux

    D'espérer caresses

    Baisers dans le cou

    Que m'arrive-t-il

    La peur et l'envie

    Crainte du péril

    Chance de ma vie

    Lancer de signaux

    Des mots des appels

    Espoir que bientôt

    Je serai l'élue

    Qu'il me choisira

    Que je serai nue

    Fière entre ses bras

    J'ai peur illusion

    Pour autant me taire

    Si c'est non c'est non

    Il faudrait m'y faire

    Ne rien regretter

    Il n'y a de honte

    À l'aveu tenté

    Comme dans les contes

    Fortune sourit

    Aux audacieuses

    Allez je lui dis

    Je suis amoureuse


  • Le nuage était-il trop petit pour nous deux

    Elle préféra rejoindre sa bourgeoisie

    Le petit train-train jaune de l'hypocrisie

    Et laisser à sa solitude son amoureux

     

    Il tomba retomba toujours plus bas plus bas

    Connut la souffrance de l'abandonné

    La peine est pire quand fut foulé le sommet

    Pire qu'une fin quand on pense qu'elle est là

     

    Quand on repasse les images du bonheur

    C'est qu'on se remémore qu'on se remet mort

    On relit ses messages du parfait accord

    On entend de sa bouche les mots prometteurs


  • Saint Valentin priez pour moi,

    Moi qui suis si seul et si triste,

    Triste d'être seul et l'artiste,

    L'artiste sans muse n'écrit pas.

     

    Il n'écrit pas si désinspiré,

    Si désespéré privé de celle,

    De celle qui brille, qui est telle,

    Telle fée venant le visiter.

     

    Une visite faut-il attendre,

    Attendre en pleurant, il est trop tendre,

    Trop tard peut-être, petit poète.

     

    Poète en peine au cœur si vide

    Vie dure à qui l'âme est en quête

    De qui séchera ses yeux humides .

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique