• La cocufication en marche.

    Il dit Révolution, il fait conservation. Sa révolution fait un tour complet. Si l'on veut être de l'élan positif, il ne faut garder le présent mauvais, encore moins en accentuer les travers. Il ne jure que par l'entreprise, qu'il appelle starteupe, et par ses corollaires, ceux-là mêmes qui nous ont conduits dans l'état catastrophique dans lequel nous sommes emportés.

    C'est l'entreprise qu'il faut casser. L'idéal à fixer est dans le service gratuit. Chaque vie devrait être consacrée à l'aide, à l'autre, et à la planète.

     

    La question que chacun devrait se poser : Que puis-je pour toi ? Que puis-je pour Elle ? Non pas que puis-je « faire », si « faire » veut dire abîmer, le seul « faire » admissible est celui de la réparation, non, la vraie question est : Que puis-je être ? Et le reste coulera de source...