• L'Ascension vers le bas

    Englué dans la pâte molle du souci

    Quotidien, quand aux grands problèmes les problèmes

    Petits s'ajoutent, quand personne à mes « je t'aime »,

    Quand on ne veut pas importuner les amis,

     

    L'esprit macérant ne sait chasser la tristesse,

    La solitude écrase de son fatal poids

    Toute pensée d'échappées de sa lourde loi ;

    Absences de corps, ni d'espoir, que l'on caresse.

     

    Je ne sais, à l'instar de ceux qui divertissent

    Leurs existences à coups répétés d'artifices,

    Me satisfaire de superficialité.

     

    J'aime trop la vie, la mort tellement m'effraie,

    Qu'il ne se pourrait qu'un jour – mais qui sait – j'essaie…

    Certes ce monde est laid, je ne veux le quitter.