• Gildas hélas!

    Le chœur des pleureuses médiatiques a encore une occasion de faire entendre son concert de louanges. Au tour de Philippe Gildas. Bientôt viendront Drucker, Chevalet, Bouvard, Sardou, Aufray, Renaud, Renaud, Jagger, ...

    À l'occasion du décès de l'animateur premier nommé, on le félicite d'avoir importé la mode stupide de l'"infotainment". Comme "Europacity", "Disneyland", "Chewing-gum", mot aussi laid que la chose. "Concept" bête et dangereux que de mêler information et divertissement.Comme moyen efficace de crétiniser la population voyeuriste et beaufisée, rien de tel (est vision)! 

    Dérision systématique, humour gras d'adolescents pas finis et salement méchants, simplisme bien mal-pensant qui fait des hommes politiques des bêtes de foire, jeu du cirque auquel ces derniers participent volontiers, par crainte de manquer le wagon de la modernité. Gildas a ouvert la voie pour des clones pas drôles: Ardisson, Hanouna, Barthès, Combaz, Ruquier, ... devenus maîtres à ne pas penser de générations d'avachis béats. Honte à Gildas, et à ses ersatz!