• Le 15/12/2015

    Cher Monsieur ,
    Je reviens vers vous à la suite de vos différents mails.
    J'ai lu avec attention l'ensemble des éléments que vous m'avez adressés.
    J'ai tout d'abord bien pris note de ce que vous êtes convoqué le jeudi 7 janvier 2016 à 14h30 au rectorat de l'Académie de L***.
    Je vous remercie de bien vouloir me préciser si vous souhaitez que je vous assiste à cette date, étant précisé que la présence de l'avocat n'est pas obligatoire, comme vous le savez, que notre rôle reste limité mais que la présence du conseil, si elle ne pourra permettre de changer radicalement la décision qui est envisagée, peut avoir pour intérêt de vous apporter l'assistance d'un intervenant extérieur, objectif et "de votre côté" pour vous épauler dans cette épreuve...
    Je vous remercie également de m'avoir transmis l'ensemble des échanges avec votre étudiante.
    Cela me permet d'avoir un avis encore plus précis et objectif de la situation.
    A la lecture de l'ensemble de ces éléments, et sans vouloir anticiper sur les suites de l'enquête pénale qui a été initiée consécutivement à la plainte, je continue à penser que vos échanges ne caractérisent en rien l'existence d'un harcèlement sexuel.
    Peut être vous reprochera -t-on principalement, du côté de l'enseignement, une faute morale considérée comme contraire au Code de l'Education.
    Je considère pour ma part que les échanges que vous avez pu avoir avec votre étudiante ont, certes, dérivé sur un plan plus intime mais que la porte n'avait pas été "fermée" en amont...avant que vous ne remettiez la fameuse lettre d'Amour que vous évoquez.
    Il sera bien difficile, à mon sens, de retenir à votre encontre une quelconque forme d'infraction pénale.
    Sur un plan plus professionnel, j'ai extrêmement peu de visibilité sur ce qui sera finalement décidé à votre égard par le rectorat.
    Je constate néanmoins, comme vous me l'aviez indiqué, que ni le rectorat, ni votre directeur, ne vous a interdit de reprendre l'enseignement.
    J'ai pris note de ce que cela n'est pas votre souhait en l'état actuel des choses, mais il serait peut être dommage de "claquer" la porte à l'enseignement de manière trop hâtive.
    Les conséquences en seraient nombreuses pour vous, notamment d'un point de vue financier...
    Enfin, pour répondre à vos interrogations sur la question de la transmission de vos lettres aux étudiants et à M****, je pense qu'il s'agirait d'une "fausse bonne idée".
    Cela ne permettra malheureusement pas, à mon sens, d'inverser la tendance actuelle et le fait de communiquer directement avec M**** pourrait être interprété comme une volonté de renouer contact avec elle, ou de faire "pression" sur elle, alors qu'elle se trouve en situation de "plaignante".
    Cela pourrait être mal perçu et je continue ainsi à croire qu'il vaut mieux éviter toute forme de contact, qu'elle soit directe ou indirecte.
    [...]
    Nous pouvons naturellement en discuter car j'ai conscience du fait que le temps doit vous sembler long, sans qu'il vous soit laissé la possibilité de réagir.
    L'idée de reprendre les cours n'est peut être pas une si mauvaise idée car ça me paraît être un moyen de prouver aux étudiants que vous n'avez en réalité rien de répréhensible à vous reprocher et qu'il y a eu, tout au plus, une erreur de jugement de votre part sur les sentiments que pouvait éprouver M**** à votre endroit.[...]
    Je me tiens à votre disposition pour toute question complémentaire.
    Bien Cordialement
    A***

    17/12/2015

    Remarques préliminaires suite au courrier recommandé du 7 décembre 2015

    Madame, Messieurs
    M**** et moi-même nous étions convenus que nos échanges sortaient du cadre de la relation ordinaire entre un professeur et une étudiante. Ces échanges auraient dû rester privés. Quand M**** troublée, m'a demandé de revenir  au niveau antérieur, je l'ai fait. Il y a eu ensuite un concours de circonstances malencontreux, auquel s'ajoute la volonté de me nuire d'une collègue, qui a conduit M**** à déposer une plainte à mon encontre. Je vous donnerai des détails si vous le souhaitez.
    Depuis je suis soupçonné, et diffamé. J'ai la conscience propre, mais ma réputation et ma carrière sont remises en question. Cette situation est moralement très pénible, notamment parce que je ne peux me défendre pendant que courent des rumeurs.
    Je vais donc me soumettre au processus enclenché, en espérant que les éclaircissements que j'apporterai trouveront une certaine compréhension de votre part.
    Je vous remercie de l'attention que vous portez à ces quelques mots, et je vous présente l'expression de mes meilleures salutations.
    XH

     

    18/12/2015

    Bonjour Madame
    Pouvez-vous me confirmer qu'en cas d'arrêt de travail médicalement accordé, le traitement plein est assuré pendant trois mois? Quel est le processus à enclencher le cas échéant?
    D'autre part, avez-vous bien reçu mon courrier concernant les arrêts de travail de décembre (il fallait les compléter)?
    Je vous remercie, vous souhaite une bonne journée, et vous présente mes salutations du jour.
    XH

    Le 20/12/2015

    Cher X,

    Juste un petit mot pour te dire que je ne t'ai pas oublié. Loin de là. Je pense tous les jours à la tragédie que tu traverses.
    Une collègue de prépa me disait il y a quelques années, après avoir perdu sa sœur bien aimée, que c'était surtout la force intellectuelle qu'elle tirait de la philosophie qui lui permettait de trouver une consolation, un sens au-delà du "maintenant" et l'espoir de voir de meilleurs jours qui en naîtront sans aucun doute. La vie est dangereusement pleine de tournants tragiques et heureusement pleine de bonnes surprises.
    Je sais que tu ne vas pas bien du tout. Mais garde la tête levée. Garde espoir. Ce qui s'est passé t'affecte beaucoup ainsi que d'autres personnes mais ne représente qu'une toute petite partie de ton être, de ton moi, de ta vie littéraire, intellectuelle et sentimentale.


    20/12/2015

    Bonsoir cher ami

    Je te remercie vivement pour ces mots pleins de sagesse et de sympathie.
    Je te souhaite de te reposer pendant ces vacances et de vivre de beaux moments avec tes proches.
    X

    Cher X
    Je ne voudrais pas être importune, mais dans la période difficile que tu traverses,  je voudrais te dire que *** et moi sommes à ta disposition si tu as besoin d'aide ou tout simplement besoin de parler à quelqu'un.
    Affectueusement,

    F***

    21/12/2015
    Je suis preneur de toute aide ou conseil ou écoute. Je pensais à vous bien sûr mais je ne veux ennuyer personne avec mes histoires. J'essaie de ne pas sombrer. L'avenir sombre est…

    Dans ma détresse j'ai la chance d'avoir le soutien de certains collègues. Ces témoignages d'amitié me font du bien.
    Concernant une rencontre avec vous, demain me convient, ou en fin de semaine. [...]
    X


    Le 22/12/2015

    Cher X,
    Nous t'avons senti un peu triste et déstabilisé lors de ton départ et  je pense que les dernières paroles que je t'ai adressées y ont sans doute contribué. C'est pourquoi je tiens à t'assurer qu'elles étaient uniquement dictées par l'amitié, la bienveillance et le souci que tu te sortes le mieux possible des épreuves que tu vas être amené à traverser au cours des prochaines semaines.
    Nous sommes totalement convaincus de la sincérité de tes sentiments et de la pureté de tes intentions, mais tu auras affaire à des instances auxquelles cela ne suffira pas. C'est la raison pour laquelle je t'ai demandé d'essayer d'envisager la situation pas seulement de ton point de vue, mais aussi de celui de cette jeune fille (quoi que tu aies pu ressentir, une jeune fille est encore presque une enfant à cet âge et très fragile), de la famille, de l'établissement éducatif et de la justice. Essaie d'oublier que tu es en cause et fais-toi l'avocat - éventuellement féroce - de chacune de ces parties. C'est ce que j'ai essayé de faire pendant que tu téléphonais, comme je te l'ai dit, je me suis faite l'avocat du diable, et je suis rapidement arrivée à la conclusion qu'ils te reprocheront certainement une certaine inconscience, un déni de réalité. C'est à ce reproche - et non à l'accusation de harcèlement sexuel qui ne tient pas -  qu'il te faudra sans doute répondre, au rectorat, devant tes pairs et peut-être devant la justice, et tu dois t'y préparer, car il me semble qu'en tant qu'enseignant, tu ne peux le balayer d'un revers de la main. On peut te reprocher de n'avoir pas pris la mesure de la situation et des conséquences qu'elle pouvait avoir sur la vie de la jeune fille, de vivre dans un monde fantasmé, de "littérariser" ta vie. Ce n'est qu'en identifiant les reproches que l'on pourrait te faire que tu pourras te préparer à y répondre et te défendre efficacement. Il faut, pour que tu puisses continuer à enseigner, qu'ils soient convaincus de ton sens des responsabilités. Le mieux serait peut-être d'y réfléchir avec ton avocat.

    Sois persuadé que ces réflexions ne me sont inspirées que par le souci de t'aider à te défendre.

    Amitiés,

    F***
    22/12/2015
    Bonsoir  F***
    Tout d'abord merci pour cette conversation et pour ces conseils, pour l'amitié manifestée.
    Le découragement que vous avez perçu correspond à ces phases de désespoir où je me sens con-vaincu. Plus d'envie...
    Je vois mal comment l'avenir se dessine pour moi. Que de ruines...
    Bonne soirée.
    X

    30/12/2015

    Bonsoir M.B***
    Je pense que vous voyez qui je suis: professeur de Lettres dans les Classes Préparatoires du Lycée *** à L***, peut-être plus pour longtemps...
    En quelques mots le gros problème auquel je suis confronté: une étudiante a déposé une plainte à mon encontre (je n'en connais pas la teneur, mais M.M*** m'a laissé entendre qu'il s'agissait de harcèlement sexuel). Cette accusation est bien évidemment diffamatoire et porte atteinte à mon honnêteté. Je vous donnerai les faits précis si vous le souhaitez.
    Deux grandes questions:
    1- comment me défendre alors que la rumeur va bon train, qu'on ne me donne pas l'occasion de m'expliquer, ni de rencontrer l'étudiante ou ses parents (il y a une part de malentendu et de mauvaise interprétation; il y a surtout manœuvres vengeresses de N***, qui a instrumentalisé l'étudiante pour régler ses comptes avec moi). Je suis convoqué au rectorat le 7 janvier, je vais me faire accompagner d'un avocat.
    2- comment user de mes droits au congé maladie, quels sont-ils? Il me faut assurer la continuité de mon traitement, mais je ne peux retourner en cours tant que mon honneur n'est pas lavé.
    Je me tiens à votre disposition pour répondre à toute demande de précision de votre part. Je vous remercie par avance de l'aide que vous pourrez m'apporter.
    Je vous souhaite une bonne fin d'année et vous présente mes meilleures salutations.
    XH

    30/12/2015

    Bonsoir Z***
    J'espère que de ton côté les soucis n'augmentent pas en intensité et que tu passes de bonnes vacances en famille et en copies.
    Du mien, tu sais dans quel état je suis. Parmi mes préoccupations, certaines sont matérielles. [...]
    X

    Le 31/12/2015 08:54, Z***:

    X
    J'espère que le rdv au rectorat le 7 janvier te permettras d'y voir plus clair et d'avoir tous les éléments en main pour te permettre d'assurer ta défense. L'époque est difficile pour toi mais je pense que ce n'est que transitoire.
    [...]
    J'espère sincèrement que toute cette histoire s'arrangera pour toi car je ne vois pas, en fonction des éléments que je connais, ce qui peut t'être reproché pénalement ni même au niveau du rectorat. Sache que ton remplacement est problématique (cours partagés) et que l'on ne remplace pas quelqu'un de valeur comme toi facilement.
    Tiens le coup
    Z***
    Bonsoir Z***
    Merci beaucoup pour ces renseignements.
    Mon état d'esprit est en train d'évoluer, notamment quand j'écoute les avis de personnes proches (amis, les vrais..., mon frère, ...). Je pense que je ferai mon retour dès mi-janvier. J'espère que les interlocuteurs du rectorat ne briseront pas mon élan. Parmi mes motivations, celle de ne pas donner satisfaction à certains.
    Bon réveillon.
    X
    02/01/2016 SMS
    Bonsoir X
    Puisses-tu vivre une année 2016 appaisée et retrouver un équilibre personnel. Amicalement. E**
    SMS
    Mes mots étant les reflets de mes pensées et de mes sentiments, j'ai le tort de croire qu'il en est de même pour tout le monde. Aussi suis-je surpris de l'adverbe que je lis ci-dessus.
    Bonne soirée, bonne année à toi.
    X

    04/01/2016

    Bonjour
    Il n'est pas impossible que je reprenne assez vite les cours. Je vous le signale pour que vous ne passiez pas trop de temps à préparer.
    Je vous souhaite une bonne année 2016 et me tiens à votre disposition si vous souhaitez discuter avec moi.
    X

     

    05/01/2016

    Bonsoir O**
    J'étais allé donner le sujet de CB des HKI à la reprographie... Ce n'est pas grave s'ils ont pu composer sur le sujet que tu as proposé. Merci.
    Sauf décision qui ne m'appartient pas, je pense revenir la semaine prochaine. Je dois m'attendre à des manifestations de défiance ou d'hostilité de la part d'étudiant(e)s. Certains et peut-être surtout certaines sont influençables. Je tiens à ce qu'à titre interpersonnel, O** sois bien certain que j'ai la conscience propre, qu'il y a dans l'histoire en cours des malentendus, des trahisons, de la vengeance, de la fragilité, de la manipulation.
    Je te souhaite une bonne année et j'espère garder ton estime.
    X

     

    Bonsoir X,
    Pour l'instant je n'ai fait que donner un sujet de concours blanc aux HKI (puisque l'épreuve était juste avant les vacances, que tu étais en arrêt et que D*** cherchait une solution), après avoir demandé à P*** ce qu'ils avaient vu en cours. Je n'ai pas assuré de cours pour l'instant.
    Au cas où cela serait nécessaire, je commencerais par un corrigé de ce sujet pour qu'ils ne perdent pas leurs heures et, s'il le faut, par des compléments sur le XVIème que tu avais commencé.
    Merci de nous tenir au courant.
    O**

    Bonsoir E***
    Merci beaucoup. Je ferai tout pour faire mes cours la semaine prochaine. Comme je viens de l'écrire à M***, je m'attends à des réactions négatives quand les étudiant(e)s remonté(e)s contre moi me verront, mais j'ai de bonnes raisons de revenir.
    Bonne soirée.
    X

    Bonjour X

    Merci beaucoup pour cette information et pour tes vœux, qui ont dû croiser les miens.

    Pour le moment, j’ai introduit l’étude du Cid et abordé en détail les problématiques soulevées par la querelle, en lien avec la question « l’œuvre littéraire et sa valeur ». S’il faut encore te remplacer quelques temps, je continuerai sur le Cid.

    Bien amicalement

    E***

    06/01/2016
    Bonjour Madame
    Tout d'abord mes vœux de bonne année.
    Je vous signale que je vous déposerai demain un arrêt de travail me concernant du 6 au 8 janvier 2016. Je pense reprendre la semaine suivante.
    Mes salutations du jour.
    XH

    06/01/2016

    Bonjour T***, bonjour C***
    Je serai absent encore cette semaine. Je pense reprendre la semaine suivante.
    Recevez mes vœux de bonne année 2016.
    XH

    06/01/2016

    Complément au courriel antérieur...
    Il va de soi que je prends en charge les corrections des CB.
    Bonne soirée mes collègues.
    X

     

    Bonsoir E***

    Merci beaucoup pour votre témoignage de sympathie.
     Je suis déterminé à ne pas me laisser gagner par la morosité et la dépression.
    Bonne soirée.
    X

     

    06/01/2016

    Monsieur le Recteur
    Je confirme par le présent courriel mon souhait d'avoir un entretien avec vous. La situation dans laquelle je me trouve est particulièrement pénible, et je ne sais quelle attitude adopter en réponse aux accusations exagérées dont je fais l'objet. J'aimerais donc bénéficier de votre écoute, de votre éclairage, de vos conseils.

    Je vous remercie de l'attention que vous porterez à cette demande, et je vous prie de croire à l'expression de mes salutations respectueuses.

    XH, professeur de Lettres dans les classes préparatoires du Lycée*** de L***.

    07/01/2016

    Bonsoir X,

    Vu la situation difficile dans laquelle tu te trouves en ce moment, je ne sais si je peux à mon tour te souhaiter une bonne année... Merci quand même pour tes vœux.

    Il se dit au lycée que tu avais un rendez-vous au rectorat aujourd'hui : cela t'a-t-il permis d'y voir plus clair quant à l'avenir ?

    Cette semaine je te remplace en HKI  : j'emploie les 5 heures à traiter le sujet de CB et à apporter des compléments sur le XVIème, en ciblant surtout la poésie.

    Je me dois malheureusement de confirmer tes craintes quant au mauvais accueil que certains étudiants risquent de te réserver si tu reviens : en première année (HKI) comme en KL (et sans doute de façon plus massive en KL) certains (évidemment j'ignore combien puisque je me garde bien de faire des sondages de ce genre, mais apparemment ce n'est pas une minorité) envisagent tout simplement de ne pas rester dans la salle si tu viens...

    Je préfère t'en avertir afin que tu puisses prendre une décision, pour ce qu'il t'appartient de décider, en toute connaissance de cause.

    Merci de nous tenir au courant de ce que tu peux/veux faire lorsque tu es en mesure de nous le dire.

    Bonne soirée

    O**

    Le 7 janv. 2016

    Bonsoir X
    Était-ce bien aujourd'hui que le rectorat t'avait convoqué? J'espère, si c'est bien le cas, que l'entretien a pu t'apporter un peu d'apaisement.
    Amitiés,
    F***

    Oui. Mais c'était seulement pour consulter le dossier. Épreuve douloureuse. J'apprends par O** que des étudiants quitteront la salle de cours quand je me présenterai.

    Que faire ?

    X

    Je ne sais pas. Démonter au mieux les accusations sans fondement, surtout celles dues à la malveillance ou à l'hystérie collective qui s'est installée. S'il n'y a rien de plus dans le dossier que ce dont nous avons parlé ensemble, la plainte pour harcèlement déposée par ton étudiante devrait être rejetée par la justice. 

    Je savais depuis quelques jours que les étudiants avaient cette intention, mais cela ne peut s'expliquer que parce qu'ils ont été mal informés ou manipulés ou par une sorte de paranoïa collective et je pense qu'il faudra peut-être compter sur l'aide des collègues bienveillants (et ils sont nombreux) pour y remédier. Mais sans doute faudra-t-il du temps. 

    Tiens-nous au courant.

    Bonne fin de soirée,

    F***

     

     Bonjour X,

     Nous avons appris que tu envisageais de reprendre tes cours la semaine prochaine. Ceci nous semble dommageable sur plus d'un point.
     La situation n'est toujours pas apaisée et les étudiants sont fort peu disposés à ton égard. Tes hésitations empêchent la mise en place d'une solution de remplacement et nuisent à la préparation aux concours qui approchent, donc aux résultats et, in fine, à la prépa. Enfin,  nous entrons dans une phase de  recrutement actif et nous, surtout nos élèves, devons afficher une sérénité rassurante auprès de jeunes gens de terminale  et de leurs parents.
      C'est pour l'ensemble de ces raisons que nous te demandons de bien vouloir prolonger ton arrêt de travail et ce pour le bien de la prépa. 
    Si tu désires que nous explicitions plus amplement nos propositions, il est possible de se voir soit le lundi soir au lycée, soit mardi à 12h45.

    D*** et D***

    08/01/2016

    Monsieur H,

    Je reviens vers vous dans le cadre de votre dossier.

    J'accuse bonne réception de la copie du dossier du rectorat que vous avez pu déposer dès ce jeudi en mon cabinet et vous en remercie.

    J'ai pu prendre connaissance des éléments qui y figurent.

    Il nous appartient de faire un point complet sur ces éléments, notamment sur les différentes attestations qui ont été adressées au rectorat, afin que je puisse établir une note d'observations à adresser au rectorat dans le cadre de cette procédure disciplinaire.

    A ce titre, vous pouvez d'ores et déjà me faire part de toutes observations que vous jugez utiles sur les "accusations" portées contre vous, notamment par L***.

    Je me charge, de mon côté, de revenir vers vous au plus vite pour vous faire part des dispositions juridiques applicables.

    Notre note d'observations devra naturellement s'articuler également d'un point de vue juridique, au vu des dispositions applicables.

    En ce qui concerne le fait de reprendre les cours, il m'est difficile de vous donner un avis tranché.

    Comme je vous l'ai déjà exposé, dans la mesure où vous ne faites l'objet d'aucune suspension provisoire de la part du rectorat, rien ne peut vous empêcher de reprendre ces cours et cette reprise pourrait être considérée comme un moyen factuel de prouver que vous n'avez rien à vous reprocher.

    Cela dit, je comprends bien évidemment votre appréhension à l'idée de reprendre l'enseignement, et la crainte liée au fait qu'une bonne partie des étudiants pourraient quitter la salle.

    Pourquoi ne pas faire un essai, quitte à ce que celui-ci se solde par un échec, afin de ne pas avoir de regrets ensuite?

    En cas de reprise, et comme déjà indiqué, il est bien évident que vous devez vous empêcher d'aborder, quel qu'en soit le moyen, la procédure qui vous concerne.

    Il conviendrait de vous en tenir à l'enseignement, sans empiéter sur la procédure actuellement pendante et pour laquelle aucune décision, positive ou négative, n'a encore été prise par le rectorat.

    Je vous remercie de bien vouloir me tenir informé dès que vous aurez fait un choix sur le fait de reprendre ou non.

    Le rectorat ne vous empêche pas en l'état d'exercer, alors même qu'il dispose a priori de tous les éléments qui auraient pu lui permettre de prendre une décision de suspension.

    [...]

    A la lecture de la plainte de M****, il semblerait que celle-ci n'évoque pas tous les points, notamment l’ambiguïté de certains de ses messages...

    Nous aurons l'occasion de faire un point plus complet là dessus.

    La tâche est loin d'être évidente mais sachez que je ferai le maximum pour que toute cette procédure se termine avec le moins de dommages possibles pour vous...

    Bien Cordialement

    A***

     

     Bonjour X,

    J'ai essayé de te joindre par téléphone aujourd'hui. Comme je le disais dans le message que j'ai laissé, je suis consterné par les arguments invoqués pour justifier ton éviction. Je constate que la présence d'un professeur accusé sans preuves est conditionnée par la réaction de quelques étudiants... J'espère que le procureur verra rapidement que les accusations dont tu es l'objet sont infondées. Voici le numéro que tu m'as demandé : 09.******.

    W

    Le 10 janv. 2016

    Bonjour F***
    Votre analyse est évidemment pertinente. Je pense comme vous quant à l'appréciation des faits. J'espère qu'il ne faudra pas attendre trop longtemps pour être blanchi, parce que je compte contre-attaquer en portant plainte contre les responsables de la mise en question de mon honnêteté: préjudice moral, diffamation, entretien d' une rumeur mensongère, et préjudice financier ( j'ai des raisons objectives d'avoir de sérieuses inquiétudes de ce côté).
    J'ai demandé un entretien avec le recteur.
    Je me demande si je ne vais pas écrire aux étudiants (mon avocat me le déconseille fortement).
    Merci encore pour votre présence. J'y suis très sensible.
    Bon dimanche à vous.
    X

    09/01/2016

    Je pense comme ton avocat que tu ne dois surtout pas écrire aux étudiants, en tout cas pas pour le moment! Écoute-le, il sait mieux que nous ce qui peut se retourner contre toi. Tu pourrais en revanche lui demander conseil quant à la pertinence d'une lettre, voire d'une lettre ouverte, aux responsables (et au corps enseignant?) de la prépa, lettre que tu pourrais lui soumettre ou qu'il pourrait t'aider à rédiger s'il pense que c'est une bonne idée. Cela me semble moins hasardeux, le danger étant en effet de porter des accusations impossibles à prouver. Il me semble néanmoins qu'une lettre ouverte contre la gestion de l'affaire dans les premières semaines, lettre qui rétablirait aussi quelques vérités devrait trouver son assentiment, mais je n'en suis pas sûre.

    Bon dimanche,

    F***

    13/01/2016

    Bonjour X

    Si je peux me permettre une réflexion, à titre personnel, elle serait la suivante :comme je vous l’indique depuis le début il ne me revient pas, pour le moment, de prendre des décisions puisqu’une procédure est en cours auprès de la justice, et une, auprès du Rectorat.

    Toutefois, quelle que soit l’issue de cette difficile épreuve, il en restera des conséquences dont nous ne pourrons être tenus responsables, l’établissement ou moi-même. Nous devrons toutefois penser à votre intérêt mais aussi à celui du projet des classes préparatoires.

    A ce titre, je me demande si la recherche d’un autre poste ne serait pas pour vous la meilleure solution. 

    Bien sur, vous êtes le seul décideur dans ce domaine, mais il me semblait nécessaire de partager avec vous mon « ressenti professionnel »

    Je reste à votre disposition pour toute discussion ou information qui pourrait aider votre réflexion.

    Je vous précise, le cas échéant, que la date limite pour les demandes de mutation est le 19 janvier 2016.

    Je vous souhaite bonne réflexion.

    Cordialement

    MM

    14/01/2016 Courrier émanant du Rectorat

    Objet : votre situation administrative

    Réf : votre courriel du 8 janvier 2016

    Par correspondance ci-dessus référencée, vous sollicitez un entretien avec le Recteur de l'Académie de L*** afin d'évoquer votre situation administrative.

    Néanmoins, je vous informe qu'il ne me paraît pas utile de vous recevoir, votre dossier disciplinaire compte suffisamment d'informations précises qui me permettent d'être suffisamment éclairé sur votre situation administrative.

    J***

     


  • Courriel à M.M. 3/12/15 12:15

    Bonjour Monsieur
    Je suis allé voir mon médecin qui m'a prescrit un arrêt de travail jusqu'à samedi.
    Mes réflexions:
    - je souhaite m'entretenir avec le père de M****, et avec elle si elle le souhaite;
    - je souhaite que vous me proposiez un avocat;
    - je souhaite un apaisement, mais si la plainte n'est pas retirée, je pense en déposer une à mon tour pour dénonciation calomnieuse (il n'y a pas eu de harcèlement, et encore moins sexuel), au nom du préjudice moral.

    Réflexions d'une autre nature:
    - je suis prêt à pardonner à M****;
    - mes étudiants n'ont pas à pâtir de la situation injuste qui empêche leur professeur d'exercer sa fonction de préparation aux concours;
    - en analysant les différentes phases de ce qui s'est passé depuis un mois, je suis convaincu que M**** est manipulée par une de mes collègues, qui a trouvé par là le moyen de se venger.
    A votre disposition pour évoquer ces points.
    XH innocent et victime.

     



    Le 03/12/2015 17:52,

    Bonsoir X
    Veuillez excuser ma réponse tardive, mais les journées sont chargées
    Quelques remarques et réflexions sur vos réflexions.
    Je n'ai pas eu de demandes de la famille allant dans le sens d'une rencontre et comme je vous l'ai indiqué hier soir, il ne me semble pas que nous soyons dans cette immédiateté.
    Pour ce qui est de l'avocat, je dois garder la plus grande neutralité vis-à-vis de l'étudiante et vis-à-vis de vous.
    Nous restons depuis hier dans l'accompagnement des personnes, et en AUCUN CAS dans le jugement.
    Je vous invite, le cas échéant, à vous rapprocher d'un conseil juridique de votre choix.
    Vous êtes bien sur libre de vous défendre selon toutes les formes que la justice met à votre disposition. Je n'ai pas de "droit" sur cette décision.
    Toutefois, comme je vous l'ai indiqué hier soir, je pense que du recul et le plus grand discernement sont nécessaires en période de crise.
    L'immédiateté de votre réaction n'est donc pas, selon moi, nécessaire.
    Il convient d'attendre la décision de transmission (ou non) de cette plainte au Tribunal et la décision du Recteur.
    Toutefois, ce n'est qu'un avis, non qualifié, là aussi un juriste sera plus éclairant.
    Pour le reste de vos réflexions, je les ai lues mais elles ne nécessitent, de ma position, aucun commentaire
    Je vous confirme qu'à l'issue de votre arrêt de travail et en l'absence de décision de l'autorité rectorale, vous pourrez reprendre vos enseignements la semaine prochaine selon votre emploi du temps habituel.
    Dans ce cas, je vous invite à la plus grande discrétion et à prendre le recul nécessaire par rapport à la personne concernée.
    Je vous invite en particulier à différer toutes entretiens de "colles" éventuels avec cette personne.
    Cordialement
    M.M

    3/12/15 19:37

    Monsieur M.
    Je suis dans l'analyse de la situation et dans la volonté de ne pas laisser triompher le mensonge.
    Donc je me défendrai, en épargnant M****, sauf si je devais intenter une action en justice pour dénonciation calomnieuse. Je sais déjà que les faits ne méritent pas les termes que vous m'avez transmis. Et s'il le fallait, je ferais savoir à mes collègues et aux étudiants ce qui s'est passé réellement.
    Mais j'espère que la sagesse l'emportera, et mon état d'esprit est à la conciliation avec M****, et son père, avec qui j'aimerais discuter. Pourriez-vous lui transmettre ma demande? Quant à ma collègue, c'est une autre histoire.
    Je ne vous demande pas de me juger, mais de me faire confiance.
    XH

     

    Courriel 4/12/15 11 :31

    Bonjour Maître
    Je souhaite vous rencontrer pour deux raisons très différentes.
    [...]
    La deuxième est délicate et nécessite un entretien en tête à tête. Elle n'est pas liée au divorce, mais comme vous êtes le seul avocat que je connaisse, et que j'ai apprécié le travail que vous avez fait, je m'adresse à vous.
    XH

     

    5/12/15 11:06

    Bonjour D***
    N*** se venge de moi. Je sais l'amitié que ta femme et toi avez avec elle. Mais je m'adresse à toi pour que tu saches que je n'ai en aucune façon eu des gestes ou des intentions condamnables. Et aussi pour te demander des nouvelles de M****, pour qui je m'inquiète. Il me démange de lui demander directement, c'est peut-être encore trop tôt. Je suis déçu de savoir qu'elle s'est laissée influencer et manipuler par notre collègue. Je  considère M**** comme une autre victime des manœuvres très malsaines de ton amie. Je ferai tout ce qui est possible pour épargner M****, mais je me battrai pour rétablir la vérité, et déposerai une plainte pour dénonciation calomnieuse si celle qui existe contre moi n'est pas retirée.  Et s'il le fallait je n'hésiterais pas à dire à mes collègues et aux étudiants ce qui s'est passé.
    Dans cette histoire, il y a une coupable, la comédie a assez duré.

    Quelques remarques complémentaires:
    - je souhaite aussi un apaisement,
    - mon honneur a été sali, je ne me laisserai pas accuser sans réagir, et exigerai réparation du préjudice  moral sauf en cas d'arrangement,
    - je n'en veux pas à M****, mais à N***, qui l'a utilisée pour satisfaire son désir de vengeance, je me tiens prêt à discuter avec le père de M****, si sa fille ne veut pas me parler,
    - comment va-t-elle?
    - je pense reprendre mes activités professorales dès lundi (colles).
    Bonne journée.
    X

     

    Le 05/12/2015 13:56, D*** a écrit :

       Bonjour X,
       J'ai bien reçu ton mail. Tu te doutes que cette regrettable histoire me consterne.
      Je pense que, pour le moment, il faut aller vers un apaisement. C'est pourquoi mon conseil serait de ne pas chercher à entrer en contact dans  les jours qui viennent. Ce qui aidera M**** qui a besoin d'être protégée.
       D***

     

     

    6/12/15 20:57

    Bonsoir C***
    J'ai écrit également à É*** pour lui demander de vous communiquer les possibilités de colles pour rattraper celle qui n'a pu avoir lieu mercredi dernier. Je viendrai demain pour en faire passer (normalement...). Il me reste des plages libres aux horaires suivants (passage): 16h45, 19h15 et19h45. Il y aura aussi des possibilités le lundi suivant.
    Avez-vous eu le poly concernant le calendrier des travaux? J'avais demandé à A*** de s'en occuper.
    Merci. Bonne soirée. A demain (peut-être).
    XH

     

    6/12/15 21:40

    Bonsoir V***
    Je me permets de passer par vous parce que j'ai vos coordonnées.
    J'espère pouvoir faire passer les colles prévues demain (il reste un léger facteur d'incertitude que je ne maîtrise pas). Sauf contretemps elles auront donc bien lieu. Pouvez-vous le dire à vos camarades (affichage sur le tableau prévu à cet effet)? Et signaler aux victimes collatérales d'événements récents qui m'ont empêché d'être là la semaine dernière qu'il reste des places (cela concerne M, E, E, G) à 16h45, 19h15, et 19h45.
    Je vous remercie.
    XH

     

    Le 7 décembre 2015 à 09:49

    Bonjour Monsieur,
    Je vais passer le message auprès des élèves qui ont khôlle avec vous aujourd’hui. Est ce toujours d’actualité?
    Je m’arrange également avec les élèves qui n’ont pas eu khôlle la semaine dernière.
    V***


    ‎07/‎12/‎2015 10:00
    Bonjour X,

    Je me permets de revenir vers vous pour évoquer la ou les semaines à venir.

     N’ayant pas de nouvelles de la commission juridique du Rectorat, je vous informe que vous pouvez, dans cette attente, reprendre vos cours selon votre emploi du temps habituel.

    Toutefois, et tenant compte des circonstances, je vous remercie de différer, jusqu’à nouvel ordre, TOUTES vos heures de colles.

    Je vous invite également à limiter votre présence dans l’établissement à vos seules heures de cours collectifs. 

    Dans l’intérêt de tous, nous avons choisi à ce jour de ne communiquer d’aucune manière sur les faits qui vous sont reprochés, ni en interne et donc encore moins en externe.

    Je vous invite, là aussi, à adopter la mesure nécessaire dans vos communications tant ce dossier pourrait être lourd de conséquences pour vous-même et pour l’Institution dans laquelle vous enseignez.

    Merci enfin de ne pas approcher l’étudiante qui a déposé une plainte contre vous. 

    Il convient en tant qu’adultes responsables que nous l’aidions à retrouver confiance et joie de venir à ***

    Cordialement 

    M.M

     

     

    7/12/15 14:06

    Bonjour B***
    Je suppose que tu as encore des contacts avec le syndicat. J'aimerais rencontrer un syndicaliste habilité à traiter d'affaires délicates pour envisager la suite à donner dans ce qui m'arrive: une plainte pour harcèlement sexuel a été déposée contre moi par une étudiante de KL (rassure-toi, c'est de la calomnie, téléguidée par N*** qui a trouvé là une bonne occasion de se venger). Je suis abattu par cette situation, et me demande si je vais savoir poursuivre mes cours et ma carrière d'enseignant. Je souhaite laver mon honneur, et aussi connaître les possibilités d'arrêt d'activité. Comme tu connais ma situation financière, tu imagines mon angoisse aussi de ce côté-là! Je vais me renseigner auprès de mon banquier pour savoir si l'assurance des prêts couvre une perte d'emploi, ou une formule de confiscation des biens, que sais-je encore?
    Merci pour ton aide. Sache que je mérite ta confiance.
    X

     

    Le 07/12/2015 17:09, A*** a écrit :

    Cher Monsieur,
    Pour faire suite à votre mail, et à votre passage en mon cabinet ce matin, je vous propose de vous recevoir en rendez-vous ce [...]
    Pouvez-vous me préciser par retour si ce créneau vous convient?
    Je le bloque d'ores et déjà en mon agenda, compte tenu de l'urgence de la situation que vous avez décrite à ma secrétaire.

    Bien Cordialement

    A***

     

    7/12/15 17:22

    Bonsoir Maître
    Ce sera bon pour moi.
    A demain.
    Salutations distinguées.
    XH

    7/12/15 18:29 

    Monsieur
    Après notre entretien de ce matin je ne suis plus sûr de pouvoir tenir le choc physiquement et psychologiquement. Il me faut envisager avec vous les conditions d'un retrait total de ma part. J'aimerais vous dire d'homme à homme bien d' autres choses, mais je tiens compte des étapes dont vous parliez.
    Ce qui est prioritaire pour moi: réparer ce qui est réparable, et ne pas faire des KL, excellente promotion, des victimes supplémentaires pour leurs réussites aux concours.
    Ma tristesse est immense.
    X
    H

    Le 7 décembre 2015 à 16:46, V*** a écrit :

    D'accord je fais passer le message à la classe.
    Bonne soirée.
    V***

    Le 07/12/2015 17:47, M.M a écrit :

    Bonsoir X

    Si vous le pensez nécessaire un arrêt de plusieurs jours peut vous aider à retrouver de la sérénité.[...] 

    Bien à vous
    M.M

    7/12/15 18:29

    Bonsoir Monsieur
    Outre mes défauts reconnus devant vous ce matin (sensible, romantique, sentimental, naïf, spontané, sincère, esthète, perfectionniste, littéraire, utopiste, direct, ...), j'ai aussi la prétention de bien faire mon métier, plus une passion qu'un métier d'ailleurs. Ma vie est pleine d'ennuis de natures diverses depuis quelques années, me restaient comme lieux d'épanouissement et de bien-être la maison dans laquelle je demeure depuis le 6 août et les Classes Préparatoires. La rencontre avec M****, je l'ai vécue aussi comme une chance, un cadeau du Ciel, une sortie de tunnel. Enfin la vie me souriait, tout allait mieux: nous nous comprenions. Et puis...
    J'ai demain trois rendez-vous: un avec un avocat, un autre avec mon banquier pour faire le point sur ma situation en cas de perte d'emploi, un autre avec mon médecin.
    L'idée de voir des regards hostiles, préparés par l'action insidieuse de qui vous savez, de la part d'étudiants que j'aime bien, pour lesquels je travaille énormément, avec qui j'entretenais de très bonnes relations, me fait souffrir par avance. Je crains de craquer, ou de me laisser aller à dire des vérités.
    Mais je me dois de leur donner des cours, qui sont prêts, plus que prêts.
    Voilà mon état d'esprit de ce soir, je suis moralement affecté, je ressens surtout un sentiment d'absurdité et d'injustice. Quiconque fait de l'Amour un crime est criminel. Et que dire de l'instrumentalisation d'une étudiante pour satisfaire une soif égoïste de vengeance personnelle. [***]
    Merci pour votre message. je ne voulais pas tout cela. J'ai mal.
    Bonne soirée Monsieur.
    XH 

    Le 08/12/2015 12:39, V*** a écrit :

    Bonjour Monsieur,
    La classe aimerait savoir si vous assurez les cours de lettres de jeudi et vendredi, et si ce n'est pas le cas, auriez vous des dernières instructions sur le concours blanc qui approche ?
    Bonne journée, respectueusement.
    V***

    8/12/15 12:58

    Bonjour V***
    Compte tenu de la situation dans laquelle on m'a mis, je n'ai en principe pas le droit de communiquer avec aucun étudiant. Je comprends votre question et vais y répondre. J'ai mis dans le casier de M.F*** vos copies de DS pour que vous en profitiez. J'ai joint aussi une feuille récapitulative de mes remarques. Je ne suis pas en état moral et psychologique d'assurer mes cours. Je ne sais ce qui se dit, vous entendrez peut-être sur mon compte des accusations. Je vous assure qu'elles sont calomnieuses, et que je n'ai aucunement mal agi. Gardez pour vous ces mots, parce qu'on pourrait les considérer comme une désobéissance aux ordres que j'ai reçus.
    XH

     

    8/12/15 19:08

    Bonjour madame
    Quand serait-il possible de vous rencontrer ou téléphoniquement pour me renseigner sur les permissions d'absences d'ordre médical, et des conséquences salariales? Je n'exclus pas non plus de quitter l'enseignement.
    Salutations.
    XH

     

     

    9/12/15 10:58

    Bonjour T***
    En principe je n'ai pas le droit de communiquer avec aucun étudiant, mais je n'aime pas trop obéir aux ordres stérilisants.
    Ma question: comme il est très possible que je ne remette plus les pieds et le reste dans votre classe, comme je considère qu'il n'est pas normal d'ajouter des injustices aux injustices, en vous privant de mes cours que je crois utiles pour vous, je me propose de les envoyer à qui les voudra. Mais comme c'est un travail astreignant de tout dactylographier, que je ne veux passer du temps pour rien, j'aimerais savoir si, selon vous, cela pourrait rendre service à quelques KL, pas encore trop contaminés par la t***isation des esprits, et qui peuvent faire la part des choses, imaginer que les accusations dont je fais l'objet sont mensongères et diffamatoires, qu'on les prend en otages, qu'on règle des comptes personnels en manipulant des personnes fragiles, et un fan-club aveuglé par l'esbroufe?
    Bon je résume: seriez-vous, T***, et d'autres éventuellement, intéressés par des envois de cours?
    NB Je suis en arrêt maladie. Je pense mettre un terme à ma carrière d'enseignant. Ce n'est pas un aveu de culpabilité, puisque je n'ai rien fait de mal, c'est un découragement total.
    XH

     

     

    9/12/15 11:08

    Bonjour Madame
    Quelques renseignements préliminaires pour vous permettre de mieux comprendre mes attentes.
    Je fais l'objet d'une plainte diffamatoire qui m'atteint au plus haut point. Je ne me sens pas capable de me présenter devant des étudiants à qui l'on fait croire que je me suis mal comporté. J'ai donc demandé à mon médecin un nouvel arrêt de travail pour 10 jours (jusqu'aux vacances). Mais cette affaire me fait remettre en cause le reste de ma carrière que je pense stopper ici. Seulement il faut vivre et rembourser ses dettes. Quels sont mes recours et les démarches à effectuer? Jusqu'à quand mon salaire sera-t-il versé, dans quelle proportion?
    XH

     

    Le 09/12/2015 16:39, Y*** a écrit :
    X
    Je n'ai pas trouvé les copies de HKI dans ton casier. Les poly pour les KL sont-ils ceux où il est question des interrogations des mois de février et de mars ?
    Qu'en est-il à ton sujet ? Es-tu suspendu ? As-tu rencontré les autres personnes concernées par ton affaire ?

    Y***

    Bonsoir Y***
    V*** m' a signalé qu'elle avait récupéré les copies de DS HKI. Donc ne t'inquiète pas pour cela. Quant au poly à remettre aux KL, c'est une sorte de programmation avec des dates et des travaux, donc ce doit bien être ce dont tu parles. Mais je ne suis pas sûr que tu doives les distribuer: tu passerais pour un complice du pervers, et tu verrais certainement des étudiantes ne pas vouloir les prendre ou les jeter, chiffonner, déchirer ostensiblement. Et de toutes façons, je suis décidé à ne pas reprendre mon enseignement. Je m'en sens incapable: affronter des regards hostiles,  des personnes qui croient ce qu'on leur a raconté. Quelque chose est cassé en moi. Je suis en train de voir comment je peux faire dans les mois et années qui viennent pour survivre. J'ai rencontré un avocat, mon banquier, mon médecin. Ce dernier m'a mis en arrêt dans un premier temps jusqu'aux vacances, et je ne veux plus, je ne peux plus remettre les pieds et le reste à ***. Ce qui me dérange, c'est que les étudiants pâtissent de faits qui leur échappent, de la volonté de leur responsable (?) de classe de faire passer sa vengeance personnelle avant l'intérêt des étudiants. J'ai donc passé ma journée à taper le cours de Céline que j'avais commencé. Si tu sens une demande de certains de l' avoir, je leur enverrai. Je vais demander un rendez-vous à Mme D*** pour examiner avec elle mes conditions de sortie de mon professorat. Il y a peut-être un placard à occuper quelque part.
    Merci et bonne soirée.
    X

     

    9/12/15 20:21

    Bonsoir C**
    Je ne sais ce qui se raconte. Ce que je sais, c'est que la calomnie m'affecte au point que je suis incapable de revenir faire cours. Je ne sais d'ailleurs pas si je saurai refaire cours un jour. Mais je pense à mes étudiants et à leurs concours. Je vous propose de vous transmettre mes préparations (j'ai passé ma journée à dactylographier la suite du cours sur le style de Céline). Pensez-vous que des étudiants de KL seraient intéressés pour les avoir? Si la réponse est non, je ne me fatiguerai pas à poursuivre, si la réponse est oui, faites-le moi savoir, et je continuerai à vous proposer des envois. Normalement je n'ai pas le droit d'entrer en contact avec vous, mais la cause vaut bien une entorse aux injonctions stérilisantes.
    XH

     


    Le 11/12/2015 14:55

    Madame D***
    Je souhaite aborder avec vous la façon dont la suite de l'affaire dans laquelle on m'a embarqué est envisagée.
    Voilà plus d'une semaine que j'ai appris qu'un étudiante avait déposé une plainte contre moi. Je n'en ai pas eu le détail, mais je sais qu'elle est diffamatoire. Elle met en cause mon honnêteté morale et salit ma réputation. Je suis victime d'une vengeance de la part d'une collègue qui a instrumentalisé l'étudiante pour assouvir sa haine.
    Je suis prêt à donner détails et explications. Je ne me sens plus capable de faire cours et j'ai dû demander un arrêt maladie quand je sais que la rumeur fait de moi un coupable. M'interdire de communiquer avec mes collègues et mes étudiants et de faire passer des colles, c'est laisser supposer que je le suis. Cela m'est insupportable. Je ne laisserai pas salir mon honneur, et suis prêt à faire les démarches qu'il faudra pour être entendu, même si je crains que la tache ne disparaisse jamais complètement. Ce qui m'amène forcément à me poser des questions sur mon avenir professionnel.
    Je souhaite donc avoir votre éclairage sur les moyens de sortir de cette affaire, et me permettre de retrouver un peu de sérénité.
    Salutations distinguées.
    XH

    12/12/15 10:42

    Bonjour Maître
    Parmi les faits insupportables pour moi, le fait de savoir que mes étudiants me croient coupables, et que la rumeur me condamne. Je voudrais pouvoir m'expliquer mais on m'a dit de ne communiquer ni avec M****, ni avec eux, ni avec mes collègues. J'ai préparé des lettres, une pour mes étudiants, une pour M****. Je ne les ai pas encore envoyées. Il suffirait de quelques clics. Mais je m'en remets à vous pour adopter la bonne attitude. Je vous les joins.
    Bonne fin de semaine.
    XH

     

    Mes chers étudiants (lettre non envoyée)

    Je pense à vous. J'ai mal. J'ai peur. J'arrête tout.

    Je ne me sens pas en état de faire cours quand je suis accusé, et que je me doute que vous croyez ce qu'on vous raconte. Je n'ai rien fait de mal, de condamnable. Je n'ai eu ni geste, ni intention déplacés. Je suis un homme de respect.

    Je suis victime d'une vengeance.

    Et de moi-même : je suis un amoureux, un sensible, un littéraire, un naïf, un franc, un idéaliste. Je croyais que la vie, après m'avoir été dure, m'offrait enfin avec elle une réconciliation, un sourire, un espoir. Et puis, un concours de circonstances fâcheux, dont il serait possible de démonter le mécanisme complexe et fatal, a tout brisé.

    Je pense que je ne ferai plus jamais cours. Je n'en ai plus envie . Mais je me tiens à disposition de ceux qui me pensent encore fréquentable pour apporter mon aide à la préparation des concours. Je suis sûr de la qualité de mon travail, de son efficacité, de ma capacité aussi à vous écouter et à vous estimer. Je me renseigne pour savoir comment je peux vivre matériellement en arrêtant la pratique de mon métier.

    Ce qui m'attriste, outre la chute dans cet enfer après avoir espéré les étoiles, c'est de penser à l'image que vous avez probablement de moi. C'est aussi de voir triompher la calomnie et la diffamation. Parfois je n'ai plus envie de me battre pour rétablir la vérité : on ne me croira peut-être pas, la tache est indélébile.

    Oui, j'ai aimé, d'un amour fou, pur, vrai. Je ne m'en repens pas. Tout ce que j'ai ressenti, dit, écrit, venait de mon cœur. J'ai fait confiance, je me suis livré sans aucune arrière-pensée.

    Je n'en veux pas à la personne avec qui j'ai passé des moments rares et beaux. Je suis immensément triste de sa haine d'aujourd'hui à mon égard. Elle a eu tort de se confier à une femme qui ne mérite pas la confiance, elle a eu tort de se laisser guider par elle. Mais je comprends et pardonne.

    Je vais vivre encore certains épisodes nécessaires et difficiles. Je crois que je ne me tuerai pas.

    Je vous souhaite d'avoir des joies, de mener une vie heureuse, de savoir percevoir la beauté là où elles se trouve. Je recevrai volontiers de vos nouvelles. Si vous me croyez coupable, essayez de m'oublier, si vous croyez en ma sincérité, j'espère que vous garderez de bons souvenirs de nos relations.

    Je vous demande pardon, je vous aime, moi.

    XH

    14/12/15 12:27

    Bonjour Maître
    Je suppose que vous avez pris connaissance de mon courriel précédent.
    Je souhaite vous livrer quelques réflexions.
    - La lettre que j'ai laissée à M**** quand nous nous sommes vus chez elle, qui devient une pièce à charge contre moi, est une lettre d'amour. Elle n'était destinée qu'à M**** dans le cadre de la relation d'intimité entre deux adultes, comme nous en étions tombés d'accord (voir les courriels). Je me sentais en confiance, et je ne renie absolument rien de ce que j'ai écrit. L'idée que des tiers la lisent me révolte.

    - On m'a interdit de faire passer des colles, ce qui est une façon de faire comprendre que je suis dangereux et que l'on ne peut avoir confiance en moi. On m'a interdit aussi de communiquer avec mes collègues et mes étudiants. On laisse donc se répandre la suspicion, et je ne peux dire la vérité. Je crains que, influencés par les discours qu'on leur tient, on me prête des actes que je n'ai pas commis et des intentions malsaines, que je n'ai jamais eues. Qu'en est-il de la présomption d'innocence?

    - Je suis actuellement en arrêt de travail et je me sens incapable de reprendre mes cours tant que mon honneur n'est pas lavé. Je veux pouvoir expliquer à ceux à qui l'on fait croire certaines choses que je suis innocent. Je subis un grave préjudice moral, une rumeur diffamatoire.

    - Je souhaite avant tout apaiser le drame qui a été causé par ma collègue, qui a tiré les ficelles pour me faire chuter, dans un triste esprit de vengeance. Je souhaite donc pouvoir m'entretenir avec les parents de M****, éventuellement avec M**** elle-même, si elle l'accepte, pour leur donner des informations. Et si une conciliation est impossible, je porterai plainte pour dénonciation calomnieuse. Comme une certaine publicité a été donnée,  je poursuivrai le mouvement entamé, et le privé deviendra public.

    A votre disposition pour un entretien avec vous.

    Salutations.
    XH

     

    Le 17/12/2015 11:33

    Bonjour X,

    Pouvez-vous me dire ce que vous envisagez de prendre comme décision pour la rentrée de janvier pour vos cours en classes préparatoires ?

    Il nous faut prévoir une solution alternative au cas où vous souhaiteriez prendre du recul.

    Je ne vous cache pas que les tensions sont grandes parmi les étudiants et les familles, et ce malgré le silence que nous nous imposons.

    Au titre de ma fonction et dans un souci d’apaisement, il me semblerait judicieux que vous puissiez différer votre retour de quelques semaines.

    Bien sur cette décision ne peut être que personnelle et médicale.

    Merci de m’informer de votre décision

    Cordialement

     MM

    17/12/15

    Bonjour Monsieur
    Je comprends évidemment votre question.
    Je vous donne quelques éléments de réponse.
    Je regrette que l'apaisement souhaité ne se produise pas. Tel est pourtant mon souhait, mais comme ne circule qu'une version des faits, qu'on me prête des actions et des intentions que je n'ai jamais eues, je vis mal cette pensée qui me torture. J'aimerais que mon honneur soit lavé, et pouvoir reprendre mes cours. Mais la condition préalable réside notamment dans mon état moral, si des manifestations de méfiance et de haine à mon égard subsistaient.
    Je comprends aussi que M**** se sente prisonnière de ce qu'elle a entamé, et que, soutenue par la véritable coupable de l'histoire, elle ait du mal à reconnaître que toute cette affaire est allée décidément trop loin. Je maintiens ma demande de rencontre avec ses parents pour fournir des explications. Normalement les échanges entre M**** et moi auraient dû rester entre nous.
    Ne pas reprendre en janvier? C'est peut-être le plus sage, mais ce qui est révoltant aussi dans ce cas, c'est que mon absence puisse être interprétée comme un aveu de culpabilité. Je ne vous cache pas qu'il me prend parfois envie de donner à ma situation une dimension publique.
    Il faut aussi que je pense à ma vie matérielle. Je reprendrai contact avec Mme M* pour étudier les conditions d'un arrêt de travail prolongé, si c'était la moins mauvaise solution. Il me semble avoir compris qu'il était possible d'aller jusqu'à trois mois de traitement plein pour raisons médicales.
    Je vous souhaite de voir où est la vérité, et de vous dire que vous pouvez compter sur moi contribuer à  aller vers l'apaisement souhaité, mais pas au prix de mon honneur.
    Salutations respectueuses.
    XH


     


  •  

    Courriel 01/12/2015 22:05 : « Inquiétude nocturne »

    Bonsoir Monsieur,

    Nous ne sommes plus tout à fait certains de l’ordre de passage de nos khôlles de demain soir, mes camarades khôllés et moi… Auriez-vous la gentillesse de lever la confusion en me transmettant l’ordre exact ?

    Je vous remercie par avance, espérant ne pas vous causer de dérangement.

    Respectueusement,

    A***

    Le 1 déc. 2015 à 22:59, XH a écrit :

    Bonsoir A***
    J'affiche toujours la semaine précédente sur le panneau prévu pour cet usage les horaires des colles. Ayant laissé ma propre liste dans mon casier à N**, je ne puis depuis mon lit où j'étais en train de lire Les Testaments Trahis de Kundera au moment où j'ai découvert votre message vous répondre avec précision. Je vous invite donc à vous précipiter, à condition d'arriver avant l'heure, vers le panneau susdit demain matin.
    Vous souhaitant une bonne nuit, je vous présente mes vœux de beaux rêves poétiques.
    XH
    Courriel 02/12/2015 8:14
    Bonjour Monsieur,
    Je pense passer une colle avec vous aujourd'hui, mais j'ai perdu l'heure exacte de mon passage. Pourriez - vous me la transmettre?
    Respectueusement,
    M****
    Courriel 02/12/2015 12:38 « Quiétude matinale »
    Bonjour Monsieur,

    Merci pour votre réponse, je l'ai transmise aux intéressés et j'ai pu vérifier mon horaire de passage ! 

    Je vous souhaite une bonne journée,

    À tout à l'heure.

    Respectueusement 

    A***

    SMS 02/12/2015 14:17

    Passage de votre colle 15h30.

    SMS 03/11/2015 13:03
    Bonjour M****
    Mes disponibilités : cet après-midi, … N'hésitez pas
    SMS 03/11/2015 14:40
    Bonjour !
    Je prends note mais cet après-midi je ne suis pas disponible et demain non plus, j'ai une colle après votre concours… J'espère vous voir très prochainement
    SMS 03/11/2015 14:42
    Moi aussi M**** j'espère…
    Je pense à vous…
    SMS 04/11/2015 07:38
    Bonne journée à vous ma très chère M****
    SMS 04/11/2015
    Merci, j'espère que vous passerez une bonne journée également !
    SMS 04/11/2015 16:56
    Votre colle s'est-elle bien passée ? Proposez-moi, s'il vous plaît, des moments de rencontre .
    SMS 05/11/2015 22:41
    Votre silence est-il un reproche ?
    SMS 05/11/2015 23:52
    Non loin de là, je voulais seulement prendre le temps de la réflexion, tout cela est loin d'être habituel pour moi…
    SMS 05/11/2015 23:52
    Je vous remercie de m'avoir répondu M**** et je vous comprends. Je respecte votre réflexion. De mon côté j'aimerais pouvoir vous exprimer ce que je ressens, simplement, clairement, évidemment.
    Bonne nuit M****
    SMS 06/11/2015 00:02
    merci, je n'en doute pas . Bonne nuit à vous aussi.
    SMS 07/11/2015 04:24
    Quand vous me direz que vous le voulez bien, je vous lirai la lettre que vous ai écrite. Je vous souhaite une bonne journée, je pense à vous…

    Lettre manuscrite

    M****

    Je vous aime. Certitude. Et pas qu'un peu !

    L'attirance que je ressentais était déjà de l'Amour.

    Notre moment partagé de lundi… oui c'est elle, c'est M****.

    En vous attendant, en vous entendant, en marchant à vos côtés, en croisant votre regard, en vous frôlant, en partageant avec vous, M**** j'en suis sûr, je vous aime.

    Le manque de vous, l'envie, très difficile à réprimer, de vous écrire, de vous dire cet amour, le besoin de vous parler, d'être avec vous, la pensée de vous, mon cœur qui bat d'une façon que vous connaissez peut-être…

    M****, mon Amour, vous me comprenez. Bonheur.

    Je nous sens très proches ;

     

    M****, mon Amour, j'aimerais que vous soyez ma compagne, ma femme, mon amante, ma confidente, ma Muse.

     

    M****, mon Amour, j'aimerais pouvoir vous serrer dans mes bras, vous dire, les yeux dans les yeux : « M****, je t'aime. »

    Si vous ressentez vous aussi pour moi quelque chose qui ressemble à l'amour, si vous me dites « oui », je vous promets de vous consacrer ma vie, de faire tout pour que vous soyez heureuse ; je m'efforcerai de mériter cette chance dont j'aurai conscience, d'être celui que vous aurez choisi. Je me donne à vous.

     

    J'aimerais pouvoir envisager mon avenir avec vous, M****.

    Sortir avec vous, m'inquiéter de votre bien-être, lire, écrire avec vous.

    Vous allez m'inspirer, je le sais, je le sens. Pour vous je serai l'écrivain que je rêve d'être.

     

    Mais l’œuvre à laquelle je veux surtout travailler, c'est de vous rendre heureuse. Autant je m'accomplirai par vous, autant vous vous accomplirez par moi.

     

    Je vous demanderai, dès que nous nous reverrons, en mariage, M**** mon Amour… [...]

     

    J'aimerais vivre chaque jour à vos côtés, sortir avec vous, découvrir expositions, théâtre, cinéma, échanger nos impressions, lire près de vous, vous écouter, lire un poème que vous aimez. Je vous lirai les lignes que je vous aurai consacrées ou des extraits des œuvres que j'aime.

     

    J'aimerais vous accompagner dans vos projets, vos études,

    vous voir devenir toujours plus belle, développer vos qualités.

    Je vous regarderai toujours avec émerveillement, chance de ma vie.

     

    J'ai envie de vous associer à mes passions, de découvrir les vôtres.

    Je veux bâtir avec vous M****. Je me sens prêt.

    [...]

     

    SMS 08/11/2015 20:32
    Pourrions-nous nous voir demain soir après mes colles vers 20h ?
    Bonne soirée M****
    X.
    SMS 09/11/2015 09:35
    D'accord, à ce soir !
    Bonne journée et bon courage
    SMS 09/11/2015 19:34
    Bonsoir M****
    Je suis disponible.
    Propositions miennes :
    1-Je viens chez vous dès que vous me donnez le feu vert et l'adresse.
    2- je vous invite au restaurant.

    J'attends votre réponse et vos propositions.

    X .

     

    SMS 09/11/2015 23:21

    Bonne nuit M****. Comme j'aime être avec vous ! Merci pour ces instants . N'hésitez surtout pas à me contacter, à me proposer d'autres occasions de rencontres.

    X…

    Comme je vous aime !

     

    SMS 13/11/2015 17:23

    M.F** vient de m'apprendre que vous étiez absente aujourd'hui. Pouvez-vous me rassurer? X.

     

    SMS 13/11/201517:38

    Gros problème personnel, je ne serai pas au parrainage ce soir.

    Bonne soirée

     

    SMS 13/11/2015 17:39

    En rapport avec moi ?

    Je voudrais pouvoir vous aider M****

     

    SMS 13/11/2015 17:56

    Non, je dois faire des examens médicaux rapidement, […]

     

    SMS 13/11/2015

    Êtes-vous à Lille ? Je vous propose mon aide (parler, ou plus matériellement, vous conduire ici ou là selon les examens que vous devez passer). N'hésitez surtout pas à faire appel à moi M****. je veux vous être utile.

     

    SMS 13/11/2015 18:07

    […] merci mais ce ne sera pas nécessaire. Pourriez-vous transmettre mes excuses à M.F** pour ce matin ? Merci.

     

    SMS 13/11/2015 18:11

    Oui M****. Je vous souhaite de vous rétablir le mieux et le plus vite possible. Et je vous demande pardon si je suis cause de ce qui vous arrive. Je reste à votre disposition selon vos souhaits. Donnez- moi de vos nouvelles, s'il vous plaît, au rythme de vos envies.

     

    SMS 14/11/2015

    Bonjour M****

    J'espère que la nuit n'a pas été trop mauvaise pour vous. Je vous écrirai tout à l'heure un courriel plus commode pour exprimer ce que j'ai dans la tête et dans le cœur. Notre pacte : sincérité totale, vous avez donc le droit de me dire ce qui pourrait être désagréable à lire pour moi.

    A bientôt j'espère.

    X .

     

    Courriel 14/11/2015 09h50

    Ma très chère M****
    Tout d'abord votre santé. Je vous recommande de bien vous soigner, j'espère que la douleur est supportable. Cela me fait mal de savoir que vous souffrez.
    D'autant plus mal que je crains d'être responsable de ce qui vous arrive, moi qui souhaite avant tout que vous soyez heureuse, moi qui ai la volonté de vous rendre heureuse.
    Peut-être votre corps réagit-il au trouble dans lequel mes déclarations d'Amour vous ont plongée. Je voulais vous les lire, pour les accompagner, pour me faire comprendre.
    Je renouvelle donc ma prière pour que vous me pardonniez. Sur le fond je ne retire rien de ce que j'ai écrit. Je ressens ce que je ressens.
    Vous avez le droit de me maudire. Et faites-le si cela  correspond à ce que vous ressentez de votre côté. Cela vous permettra peut-être d'évacuer le mal ressenti.
    Demandez-moi de me taire si c'est ce que vous souhaitez.
    Marie, dans ce cas de figure, continuez cependant à m'accorder votre confiance: c'est notre histoire, entre deux individus, libres, adultes et réfléchis.
    Dites- moi ce que je peux faire qui vous soit agréable, s'il vous plaît.
    M****, je vous aime, je voulais être chance pour vous, je le veux encore.
    Aux douleurs d'hier (pendant que vous souffriez physiquement, je souffrais moralement: enterrement de mon père), succéderont je l'espère du plus profond de mon être, des guérisons.
    Je vous demande seulement de me dire clairement si vous voulez mon silence, ou si vous m'acceptez comme confident. Dans ce cas, je m'engage à être à votre écoute, à respecter vos vœux, à vous distraire, ...
    Mais il est une chose que je ne saurais: ne pas vous aimer.

     

    Courriel 15/11/2015 21h50 Bonsoir M****
    Je privilégie le courriel pour éviter le risque d'intempestivité du SMS.
    Je me permets de vous écrire pour avoir de vos nouvelles. Je ne sais si votre silence est dû à votre souci physique ou à la volonté de ne pas me répondre.
    Mais je suis inquiet.
    Pourriez-vous donc me dire comment vous allez, et éventuellement me demander de ne plus vous écrire si c'est ce que vous souhaitez.
    X.

     

     

    Courriel Le 16 nov. 2015 08:21, M**** a écrit :
    Bonjour Monsieur,
    Je vous prie de m'excuser par avance pour les mots qui vont suivre... Comme nous l'avons convenu, je vous parle ici en toute sincérité, selon une réflexion qui m'est propre et qui n'a pas été influencée.
    J'ai accepté d'échanger avec vous ces dernières semaines de manière plus personnelle, dans un partage honnête et de confiance. Comme je vous en ai fait part, j'ai toujours éprouvé un profond respect pour votre personne en tant qu'enseignant et pour vos qualités de professeur, depuis ma première année en HKI. C'est pourquoi je me suis permise de me livrer à vous plus intimement, il y a quelques semaines, sur votre invitation. J'ai aimé partager avec vous, comme vous le savez, et cela m'a aidé d'avoir votre soutien et votre appui.
    Mais depuis la semaine des examens je me sens mal à l'aise, et je crains que cette proximité assez inhabituelle ne me dérange... En tout cas bien plus que je ne l'imaginais. J'ai repensé à ce que vous m'avez dit, et je ne pense pas être en mesure de vous apporter ce dont vous avez besoin, c'est-à-dire d'une épaule pour vous soutenir et vous accompagner. Cette situation très inhabituelle m'est complètement inconnue et cette année est une période très importante et décisive pour le reste de mes choix professionnels. Je ne voudrai pas être déconcentrée dans mon évolution de préparationnaire, et encore moins dans une discipline aussi importante pour moi que la vôtre. Bien que j'ai apprécié échanger avec vous, et que je considère cela comme une chance, j'aimerais, si cela vous convient, que notre relation redevienne uniquement centrée sur nos premières préoccupations, à savoir votre souci et intérêt de professeur à mon égard, et notre contrat de travail et d'échange intellectuel premier.
    Je vous prie de bien vouloir respecter et accepter ma décision, qui a été mûrement réfléchie, et j'espère que cet écart surprenant qu'a été notre échange ne bouleversera en rien le lien de confiance et d'estime que nous partageons, celui désormais d'un professeur et de son étudiante.

    Je vous remercie d'avoir été si transparent avec moi, et de n'avoir pas eu peur de vous livrer aussi intimement. Soyez assuré que vous n'aurez pas à le regretter, malgré ma décision actuelle, à condition que vous l'acceptiez.
    J'espère ne pas vous avoir blessé, sachez que vous avez mon soutien et celui de la classe entière à travers l'épreuve que vous vivez depuis plusieurs jours.
    Merci pour votre écoute et votre intérêt envers moi.
    Très respectueusement,
    M****

    Courriel Le 16/11/2015 08:27, M**** a écrit :

    Monsieur,
    Je me dirige à nouveau vers vous concernant le cours de lettres. La classe se demande si l'interrogation de lecture prévue au 20 novembre sur Voyage au bout de la Nuit  et Céline se tiendra bien à la date convenue, compte tenu des bouleversements que vous avez vécu ces derniers temps. Pouvez-vous me le confirmer?
    Merci, courage et à bientôt.
    M****

    Courriel 16/11/2015 09:13

    Bonjour M****
    Oui je confirme: elle est prête.

    Bouleversements dites-vous...
    Ceux que j'aime me quittent. C'est mon "voyage" de tristesse en tristesse.
    Bonne journée et peut-être nous croiserons aujourd'hui: je viens faire passer des colles.

    Vous vous doutez que cela ne me "convient" pas.  Je me sens con. Je me suis privé de votre compagnie que vous me proposiez pour passer des moments ensemble alors que j'aime tant être avec vous. A moins que vous en acceptiez encore la perspective?
    Mais je fais de votre sort la priorité absolue. Si vous voulez échanger avec moi, je vous reste disponible.

    X. (pour vous, moment de grâce  quand vous avez prononcé mon prénom)

     

     

     

    Courriel 20/11/2015 19h03

    Fine et belle, elle m'avait entrouvert sa fenêtre
    Et moi je me sentais sous son regard renaître
    Et puis elle a claqué le battant sur mon cœur
    Élan brisé ajout du malheur au malheur

    Malheureux je suis si triste et triste est ma vie
    Ceux que j'aime me quittent, amours ravies
    Aller de deuil en deuil est désormais mon sort
    Surtout ne rien espérer: déjà la mort

    Faux poète qu'écris-tu, que cries-tu? qu'a ta strophe?

    Tu chois donc du Paradis à la catastrophe.

    J'essaie désormais d'apprendre à mon âme à vivre
    Malgré tout avec sa tristesse en bandoulière
    Mais abandonner l'espoir est-ce encore vivre?
    Après avoir perdu le repère et  l'heureux père
    Et l'amour de celle à qui amant je me livre.


  • SMS...

    Lire la suite...


  • 31-01-15 Compte-rendu de lecture

    Bonsoir Monsieur, 

    Vous trouverez ci-joint mon compte-rendu de lecture, que je déposerai en version imprimée dans votre casier dès lundi, accompagné d'un complément.

    Je vous souhaite une agréable fin de semaine,

    Respectueusement, 

     

    A*** (HKI)

     

     

    31-01-15 Version finale du Nid de Pie

    Bonsoir Monsieur,

    J'espère ne pas vous déranger, je tenais à vous transmettre la version corrigée du Nid de Pie, incluant la page que je vous y ai consacrée.

    J'espère aussi que la mise en page vous conviendra et qu'aucune faute d'orthographe ne subsiste, si tel est le cas n'hésitez pas à me le signaler pour que l'édition soit prête pour l'impression que je compte lancer lundi. 

    Je vous souhaite une agréable lecture,

    Respectueusement

     

    A***

     

     

    06-02-15 Colle écrite n°2,

    Bonjour Monsieur, 

    Voici mon devoir d'analyse sur un passage d'Ondine, de J.Giraudoux. Je vous prie d'excuser mon léger retard, vous recevrez dans votre casier lundi matin mon travail en version papier. 

    Respectueusement, 

    M****

     

    Le 15/03/2015 16:03, L*** a écrit :
    Bonjour Monsieur,
    Excusez-moi de vous déranger mais j'aimerais savoir s'il est possible de prévoir quelques jours de révisions avant le concours du Celsa étant le 28 mars! J'aimerais si possible avoir quelques jours de révisions avant le jour J afin de pouvoir réviser intensément, car je sais que ce sont ces révisions qui me seront les plus bénéfiques! Et puis avec les concours blancs, et les différents travaux à rendre, ce n'est pas vraiment pas évident de se concentrer sur un autre concours, ce qui est assez embêtant vu que le Celsa est la seule école à laquelle je m'intéresse vraiment, et qui, je pense, pourrait m'être accessible si j'arrive à y accorder toute mon attention. L'échéance arrivant à grand pas, la pression se fait de plus en plus ressentir! Je sais que C*** passe aussi le concours, et aimerait également pouvoir bénéficier de quelques jours de révisions. Ayant consacré nos vacances aux révisions du celsa, et pris du retard pour le travail de la prépa, nous allons devoir travailler à la dernière minute, et de fait négliger le Celsa... Mais comme nous ne nous sentons pas prêtes du tout et sommes assez anxieuses, nous espérons vivement que notre demande pourra recevoir une réponse favorable.
    Je vous remercie de votre compréhension.
    Respectueusement.

    L***.

     

    Le 15 mars 2015 à 18:39, XH a écrit :
    
    Bonsoir L***
    J'ai transmis votre demande à M.P***. Je vous tiens informée dès que sa réponse m'arrive.
    Message personnel: soufflez, respirez, soufflez, ... (relisez votre envoi...)
    En toute amitié.
    XH

     

     15-03-15
    Bonsoir Monsieur, 
    Je suis désolée que mon message ait pu vous paraître incongru, ce n'était vraiment pas mon intention. Mes propos n'étaient ni envers la prépa, ni envers ses professeurs, mais contre le temps et les échéances qui arrivent à grands pas, et qui nous obligent malheureusement à laisser des matières, ou des travaux de côté, ce qui pour moi est difficile à accepter. Mais ne vous en faites pas, je prépare les deux concours avec autant de passion et d'attention, même si mon esprit est pour le moment happé par le celsa, le premier des deux. 
    Toutes mes excuses pour ce désagrément involontaire, et je vous remercie pour votre réactivité. 
    Respectueusement. 
    L***
    
    
    

     

    23-03-15 
    Bonsoir monsieur, 
    Je voulais vous informer que j'ai pris ma décision concernant mes jours de révisions, je serai absente demain après-midi et jeudi. Malheureusement je ne serai pas là non plus pour votre cours vendredi, car il faut que je rejoigne mes parents en Normandie avant de repartir pour Paris. 
    Je voulais aussi vous demander un petit service, j'ai relu les consignes pour le CELSA, et ils insistent bien sur le fait qu'il s'agit d'un concours littéraire, toutes les références littéraires sont donc très appréciées. J'ai déjà constitué une petite liste d'oeuvres que je pourrais intégrer dans un sujet sur la communication, mais je voulais savoir si vous aviez quelques œuvres à l'esprit qui me permettraient de compléter ma liste. Je pense à des œuvres qui puissent venir illustrer un propos sur la communication, la publicité ou le langage. Je ne cherche pas à avoir des œuvres à placer à tout prix, ce qui serait un peu superficiel, mais je me demandais s'il y avait des œuvres qui puissent se rapprocher de ce domaine. Le sujet ne pourra peut-être pas véritablement s'étendre à des références littéraires, même si j'espère pouvoir en placer naturellement quelques unes, ce serait un petit plus.  
    Vous remerciant à l'avance pour votre aide.
    Respectueusement, 
    L***. 


    Le 23 mars 2015 à 21:01, XH a écrit :

    Bonsoir L***
    Parmi les références qui me viennent en tête spontanément: Mythologies de Barthes, César Birotteau, où Balzac décrit une campagne publicitaire, Les Choses où Perec fait apparaître l'aliénation consumériste dont un jeune couple est victime consentante. Le théâtre de l'absurde met en scène l'absence de véritable dialogue entre les êtres notamment Un mot pour un autre, de Tardieu, le rôle de la "sous-conversation" chez Sarraute (Pour un oui ou pour un non, Disent les imbéciles, ... Vous pouvez revoir avec profit le schéma de la communication de Jakobson, connaître à gros traits les principes de la sémiologie.
    Si d'autres références me traversent l'esprit, je vous ferai signe.
    Bonne soirée;
    XH

    Bonsoir monsieur, 

    Merci beaucoup pour ces références, qui vont m'être très utiles. J'avais gardé en tête quelques exemples de Sarraute, m'étant déjà intéressée à son œuvre, je vais travailler les autres références que vous m'avez conseillées. Merci encore. 

    Respectueusement.

    L***. 

     

    14-05-15

    Bonsoir Monsieur

    J'espère ne pas vous déranger, j'ai pensé que vous étiez celui auprès duquel je devais formuler ma requête : je souhaiterais passer l'épreuve de spécialité Lettres Modernes lors de l'examen de lundi prochain, à la place de l'Anglais. 

    Nous en avions discuté lors de ma khôlle avant les vacances, et je voulais vous en donner la confirmation.

    Je vous remercie par avance de l'attention portée à ma demande.

     

    Respectueusement,

     

    A***

     

    02-06-15 Bonjour Monsieur, 

    Voici la première partie de mon compte-rendu de lecture sur Alcools d'Apollinaire. Je vous ferai parvenir au plus vite une version papier, ainsi que la dernière partie de ce devoir. 

    Respectueusement, 

    M****

     

    05-06-15

    Bonsoir Monsieur ,

    J'espère ne pas vous déranger, je vous écris au sujet de deux choses : la première étant la restitution de ma khôlle écrite sur Alain Veinstein, la seconde concernant ce dernier également, mais pour le rencontrer. Je vous avais fait part de ma démarche de prise de contact avec cet auteur, et je suis ravie qu'il m'ait personnellement répondu, mais demeure quelque peu intimidée quant à sa réponse, et je m'adresse donc à vous pour un conseil : j'estime nécessaire de lui répondre de suite, au moins pour le remercier, mais serait-ce maladroit d'attendre Septembre (comme il me l'a demandé) pour lui écrire enfin, lui poser mes questions sur son recueil, et éventuellement lui proposer de participer à la "Petite Semaine Littéraire" organisée au sein de la prépa ?

    Je vous souhaite une agréable soirée,

     

    Respectueusement.

     

    A***

     

     

    Le 8 juin 2015 22:17, XH a écrit :

    Chères étudiantes
    Je n'ai pas trouvé vos travaux  cet après-midi. Vous veillerez à ne pas abuser de ma bonté.
    XH

     

    09-06-15 Travaux poétiques

    Bonsoir Monsieur, 

    Veuillez nous excuser toutes les deux pour ce manque d'organisation, peu révélateur de notre intérêt commun pour votre matière. 

     

    Bien que cela ne soit pas recevable, j'ai appris la semaine dernière que [,,,], je lui ai donc rendu visite en cette fin de semaine. Je suis désolée si cela a pu avoir un impact sur mon travail, en particulier en cette fin de parcours. Croyez bien que cela ne se reproduira plus. 

     

    Nous nous engageons toutes les deux à rendre nos travaux demain sans faute, par mail ainsi que dans votre casier. 

    Merci pour votre patience déjà assez mise à l'épreuve. 

    Respectueusement,

    M**** et A***

     

     

    09-06-15

    Bonsoir Monsieur,

    Vous trouverez ci-joint mon compte-rendu de lecture sur le recueil de poésie Une seule fois, un jour de Veinstein. Vous en trouverez une version imprimée dans votre casier dès demain.

    Toutes mes excuses pour le retard avec lequel je vous remets ce devoir, cela ne se reproduira plus.

     

    Respectueusement.

     

    A***

     

    10-06-15 Travaux poétiques

    Bonjour Monsieur,

    Voici ma colle écrite. Veuillez à nouveau m'excuser pour ce long retard, encore une fois peu révélateur de mon intérêt pour votre matière. 

    Vous trouverez une copie de ce travail dans votre casier,

    Merci pour votre patience.

    Respectueusement, 

    M****

     

     

     

    22-06-15 Bonjour Monsieur,
    Je vous écris pour vous présenter personnellement mes excuses concernant mon absence de la semaine précédente, quelqu'en soient les motifs ils ne suffisent pas à me justifier. Je tiens également à vous dire que ce comportement n'est absolument pas révélateur de l'intérêt porté à votre enseignement. 
    
    Respectueusement.
    
    A***
    Le 20 juin 2015 15:10, XH a écrit :
    Bonjour M****
    J'attends des explications, pour vous et vos camarades.
    XH

    23-06-15 Re: absence 19-06-15

    Bonjour Monsieur, 

    P***, C****, S*** et moi-même viendrons vous voir dès que possible à ce sujet. N'ayant aucune excuse valable pour justifier notre absence, nous tenons à nous excuser platement pour notre conduite, et préférons rester honnêtes, plutôt que de se cacher derrière un motif inventé. Bien évidemment, notre absence n'est en aucun cas à prendre comme un signe de désintérêt envers votre matière et votre enseignement, ni comme un quelconque manque de motivation pour notre année de khâgne. 

     

    Plus personnellement, serait-il possible de m'entretenir avec vous avant la fin des cours concernant ma future orientation? J'aimerais préparer mon projet plus sérieusement pendant ces vacances, et si possible bénéficier de votre avis et vos conseils. De même, j'aimerais profiter de ces deux prochains mois pour m'avancer le plus possible dans mon futur travail de khâgne, et en particulier dans votre matière, ma future spécialité. Serait-il possible de savoir sur quoi porteront les prochains compte-rendus de lecture à venir? 

     

    De nouveau, veuillez accepter mes excuses pour ce vendredi 19 juin, que je vous présenterai de vive voix. 

    Respectueusement, 

    M****

     

    23-06-15

    Comptez sur moi pour transmettre le message au reste de la classe, et pour ma participation lors de votre séance de partage littéraire!

    À bientôt, bon courage

    M****

    Le mardi 23 juin 2015, XH a écrit :

    Bonjour M****
    Comme je l'ai annoncé je ne pourrai assurer le cours d'histoire de la langue mercredi soir  (retour de Toulouse où je me trouve actuellement dans le cadre de jurys pour l'admission à la TBS, école de commerce ), et jeudi matin je serai à  Lille III (commission ECTS HK). Je viendrai vendredi à la première heure et pourrai vous rencontrer avant le cours.
    Je vous rappelle que l'après midi je compte sur vous  (HKI en général et vous M**** en particulier ) pour lectures et interprétations de beaux textes.
    À bientôt.
    XH

    Le 7 juil. 2015 12:20, XHa écrit :

    Bonjour M****
    Avez-vous transmis mon message à vos camarades?
    XH

    07-07-15 Mission accomplie

    Bonjour Monsieur,
    La missive a bel et bien été transmise, au grand désarroi de beaucoup. Merci pour votre disponibilité, je vous transmettrai de mes nouvelles ensoleillées avec plaisir. J'ai prévu assez de crème solaire pour Hugo, Marivaux et tous les autres, rassurez-vous.
    A bientôt,

    M****

     

    11-07-15 Khâgne
    Bonjour Monsieur, 
    Je voulais vous faire part de mon choix quant à ma future année de khâgne! J'ai décidé de cuber en khâgne classique et non en khâgne ESJ, j'espère néanmoins pouvoir être à la hauteur de ce choix et que celui-ci s'harmonise avec mes projets. 
    Je vous souhaite de passer un bel été 
    Respectueusement, 
    L****.
    30-09-15 Nos excuses concernant notre absence cet après-midi
    Bonsoir Monsieur,
    M**** et moi vous adressons ce mail pour vous présenter nos excuses concernant notre absence lors du cours de cet après-midi, nous avons travaillé ensemble chez moi et nous avons manqué le tram supposé nous ramener à temps à Lille pour assister au cours, nous n'avons ensuite pas osé nous présenter avec 30 minutes de retard.. 
    Nous ferons tout notre possible pour que cet incident ne se reproduise plus.
    
    Respectueusement,
    
    M**** et A***

    06-10-15

    Bonjour Monsieur,

    Vous trouverez ci-joint le commentaire composé sur la citation de Gracq, conjointement réalisé avec M****, il nous tenait à cœur de parvenir à l’élaboration d’un plan et non seulement d’une partie…

    Nous en déposerons un exemplaire imprimé dans votre casier cet après-midi.

    Respectueusement,

    A*** et M****

    Monsieur,

    Nous sommes toutes deux conscientes de la conduite déplorable que nous menons ces derniers temps... Ce début d'année a été ponctué d'éléments extérieurs auxquels nous avons eu de mal à faire face sans qu'ils aient un effet négatif sur notre rythme scolaire. Votre mécontentement est légitime, et nous avons bien saisi l'urgence d'y remédier, ce à quoi nous sommes plus que déterminées. 

     

    Respectueusement,

    A*** et M****


    Le 6 oct. 2015 à 13:34, XH a écrit :

    Mesdemoiselles
    Ce n'est pas à vous de choisir les dates de remise, les travaux, les horaires de présence, les présences elles-mêmes.
    Et je vous reproche également de me contraindre à tenir ce genre de propos alors que nous devrions, compte tenu de ce que nous sommes, entretenir des relations heureuses, car littéraires.
    À demain
    XH

    28-10-15 Re:2

    Bonsoir Monsieur,
    1- Vous pouvez évidemment me transmettre la synthèse de correction du ds, je la ferai parvenir au reste de la classe dans les minutes qui suivront.
    2- Merci de vous soucier de tout cela, et d'avoir échangé avec moi après ma colle, cela m'a fait très plaisir. Comme je vous l'avais dit ce jour - là, le début d'année n'a pas été facile pour moi, comme pour d'autres assurément, en cette année de khâgne. Je crois que c'est avant tout la pression du concours qui m'a déstabilisée, étant une personne qui n'a pas beaucoup confiance en ses capacités. Alors que les grandes vacances devaient me permettre de me reposer et de consolider mes bases pour le programme de cette année, elles ont surtout été très éprouvantes émotionnellement, puisque sans rentrer dans les détails, [...]
    Merci encore, bon courage et bonne fin de vacances à vous aussi.
    Respectueusement,
    M****

    Le 28 oct. 2015 13:17, XH a écrit :

    Bonjour M****
    1-Puis-je passer par vous pour une synthèse de la correction du DS afin que vous la transmettiez à vos camarades de KL?
    2-Message personnel: je repense à notre conversation à l'issue de votre colle; si vous souhaitez me parler de vos soucis,  je me tiens bien évidemment disponible.
    Bonne fin de vacances.
    XH
    Bonsoir Monsieur, 

    30-10-15 Re:2

    J'ai bien reçu votre message ainsi que la synthèse de correction qui a été transmise ce matin au reste de la classe. 

     Tout d'abord, je tiens à vous remercier sincèrement pour votre écoute, car je suis consciente qu'il est rare aujourd'hui de pouvoir se livrer de cette manière à son professeur et surtout d'être aidée en retour. A vrai dire, je trouve cela dommage que ce genre d'échanges ne se fasse pas plus souvent, comme si la relation enseignant-élève impliquait nécessairement cette barrière stricte que semblent imposer les codes de convenance aujourd'hui. Merci aussi pour vos encouragements concernant mon travail, ils prennent tout leur sens venant de votre part. 

    Je tiens aussi à dire que vous pouvez compter évidemment sur ma discrétion, ma confiance et mon écoute. Je suis ravie de pouvoir échanger avec vous de manière plus personnelle et intime, et cela ne m'embarrasse pas du tout, au contraire. 

     

    Concernant Zoé, comme je vous l'avais dit en colle, je partage votre avis! J'ai trouvé ce roman agaçant, trop pompeux dans l'écriture, et si creux au bout du compte. Finalement, cela résume assez bien le personnage de M.Cadéo, si je m'en fie à mes impressions tout au long de la semaine littéraire. Je finis par me demander si ce roman n'était pas pour lui qu'un moyen détourné pour parler de sa personne...

     

    Pour vous faire sourire, voici le premier (et le seul) mail que j'ai envoyé à M.Cadéo après la lecture de son roman: 

     

    Cher Monsieur Cadéo,

    Je me permets de vous adresser ce mail suite au projet "Zoé" qui marqua beaucoup les dernières semaines de mon année en prépa.

     Pour la première fois, on me donnait l'opportunité de partager mon regard sur une oeuvre, et ce directement à son auteur. Cette chance est aussi pour moi porteuse d'espoir, celui de pouvoir enfin toucher du doigt le monde de la création littéraire. J'ai beaucoup de questions à vous poser, dont certaines se trouvent, tout comme mes impressions de lecture, dans le fameux carnet que Mme T*** vous a transmis. J'espère que vous trouverez le temps d'y répondre dans un prochain mail ! Je tenais aussi à vous remercier pour votre implication dans le nouveau projet dans lequel ma professeur s'est plongée corps et âme: notre Petite Semaine Littéraire des Prépas. 

    Dans l'attente de quelques mots, et je l'espère, de vous rencontrer en septembre.

    Respectueusement,

    M****

     

    Et voici sa réponse, pompeuse mais creuse, et surtout très impersonnelle: 

     

    Bonjour à vous M****.. Lorsque petit à petit on dépiaute la forme d'un texte ou l'enveloppe d'un être on arrive au coeur incandescent de l'uranium. Et c'est bien entendu cela qui compte. Il y aurait donc d'un côté les habiles faiseurs d'histoires et de l'autre les radars de sources vives. Tout véritable écrivain est un sublime clochard errant sur des montagnes de déchets, un récupérateur de bribes, un ferrailleur aimanté par des débris d'absolu. C'est avec ces matériaux, morceaux de météores, qu'il va bâtir son monde. Et son lecteur, ami et confident, est son plus beau laborantin.
    Soyez à votre tour "dénicheuse" de perles. Ce n'est ni le cerveau ni le ventre, c'est entre les deux, comme une porte ouverte sur d'autres dimensions. N'oubliez pas tout est affaire de nuances. Alain Cadéo.

     

    Quel homme...

     

    Sans transition, je suis allée aujourd'hui voir l'exposition Chagall au musée de la Piscine de Roubaix - je vous la conseille vivement si vous aimez ce genre de travaux! J'avais été voir celle de 2012 qui portait sur sa manière de travailler les formes et l'espace, et j'ai trouvé celle de cette année, qui traite cette fois de l'importance de la musique dans son art, encore plus réussie!

     

    Quant à la deuxième confidence que vous m'avez livrée, vous m'en voyez désolée. Je suis terrifiée par l'idée de voir mes proches souffrir, et j'ai la chance de n'avoir jamais connu un deuil difficile à porter, ni la maladie. Je n'imagine donc que bien maladroitement la peine que vous devez contenir. Il n'est rien de plus difficile je pense que de se trouver impuissant face à la mort qui vient peu à peu. Je vous envoie tout mon courage et vous prête une oreille compréhensive si vous en ressentez le besoin. 

     

    Bonne journée à vous, et encore merci.

    M****

     

    Le 30 octobre 2015 10:13, XH a écrit :

    Chère M****
    Je vous enverrai dans quelques minutes ma synthèse de la correction du DS à destination de vos camarades.
    Mais je tenais d'abord à répondre au message personnel.
    Je vous propose mon soutien moral et ma compréhension solidaire d'un abandonné. Si vous avez besoin d'une oreille amicale, je suis là, en oubliant la dimension sociale d'enseignement au profit de la relation entre deux personnes qui se font confiance. Vous êtes une belle jeune fille, sensible et intelligente, que l'image que vous avez de vous ne soit pas trop affectée par ce qui vous est arrivé. Et d'un point de vue universitaire et pour les concours, vous avez les qualités requises permettant d'envisager de bons résultats.
    Deux choses encore en réciprocité confidentielle.
    J'ai lu Zoé. C'est vraiment mauvais, voire très mauvais.
    Mon père est en train de mourir...
    Merci beaucoup de me permettre d'échanger un peu avec vous; si vous me trouvez intrusif ou excessivement transparent, dites-le moi en toute simplicité. Je ne vous en tiendrais aucune rigueur évidemment.
    Bonne journée à vous.
    XH

    31:10/2015 11:09

    Bonjour M****
    Votre réponse confirme que vous êtes décidément une personne avec qui je peux dialoguer dans la confiance, la certitude d'être écouté. Je vous en exprime à nouveau la réciprocité. Je suis là pour recevoir tout ce que vous aimeriez exprimer, répondre à vos attentes, vous soutenir si vous en avez besoin, accompagner vos passions (merci pour le conseil culturel), vos enthousiasmes, vos désarrois, vos interrogations. Je ne prétends aucunement avoir des réponses ("la sagesse de l'incertitude"...). Je constate que nous sommes en accord sur le creux, le vain, le ridicule, et donc probablement aussi sur le beau, le noble, le grand.
    Que faire de cette proximité découverte? J'ai envie, je le reconnais,  de partager avec vous, mais je crains de vous envahir et de ne pas rester à la place que que je devrais occuper(?). Je vous demande donc d'être celle qui fixera les limites.
    Je vous remercie, vos mots me touchent et me réconfortent.
    Passez une bonne fin de semaine.
    Ne me répondez que si vous en avez envie, je m'en voudrais si vous aviez désormais l'impression d'un quelconque devoir à mon égard.
    XH

    Le 31/10/2015 11:47, M**** a écrit

    Bonjour Monsieur,

    Je me réjouis moi aussi de cet échange plus personnel, dont la poursuite ne me dérange aucunement. Je me sens libre de discuter en toute confiance avec vous, comme je le ferai avec un ami par exemple. Et puis, comme vous l'aviez évoqué, pourquoi ne pas simplement mettre de côté la dimension professeur - élève pour un instant, le temps d'une conversation? (Bien sûr, quand le lieu est approprié, et dans l'idée d'un dialogue enrichissant, intellectuellement mais aussi personnellement.) Je suis sûre que cela pourrait nous apporter beaucoup.

    J'aimerai partager beaucoup d'autres choses avec vous, après tout nous avons déjà en commun la passion des lettres, et sûrement beaucoup d'autres choses encore!
    Croyez bien que si quoique ce soit m'importunait, je vous en ferais part immédiatement, sans aucune gêne ni dissimulation. Je ne ressens donc aucun devoir à votre égard, hormis celui qui me liait déjà à vous, le devoir du travail et du souci de bien faire, qui n'a pas vraiment sa place ici. Rassurez-vous, ma transparence impliquera aussi d'être honnête avec vous à ce sujet.
    A bientôt,
    M****

    Le 31 oct. 2015 12:48, XH a écrit :

    Merci M****
    Alors je propose mais je ne connais pas vos projets pour les jours qui viennent ( le Concours Blanc!),  ni l'état de votre présence à Lille. Je m'y rends tous les jours pour les raisons que vous devinez. Est-ce une bonne idée si je vous dis demain? J'aime me promener, nous pourrions aussi aller boire un café quelque part.
    Comme nous avons fait un pacte de vérité, soyez à l'aise pour dire non, ou oui!
    Ou proposez autre chose, je suis mobile, et l'état de mon père est stable pour l'instant.
    A bientôt chère M****.
    XH

    Le 31/10/2015 13:08, M**** a écrit :

    C'est une très bonne idée!
    Je ne serai pas à Lille avant dimanche dans la soirée, mais pourquoi pas lundi dans l'après midi? Nous pourrions aller nous promener dans le parc de la Citadelle, il y a généralement peu de monde en semaine et encore moins en milieu d'après-midi. Tout dépendra du temps évidemment...
    Sinon un café sera parfait après 6h d'épreuve d'histoire!
    Merci et à très vite

    31/10/2015 22:23

    M****
    Je ne saurais terminer cette journée sans vous exprimer ma joie d'avoir correspondu avec vous aujourd'hui.
    C'est dans cet état d'esprit que je suis à la perspective de vous rencontrer lundi. J'espère que je ne vous décevrai pas quand vous me connaîtrez un peu mieux, et que nous passerons d'agréables moments ensemble.
    Voici mon numéro de téléphone, n'hésitez pas à me faire signe: 06******  Je serai là à la fin de votre première épreuve pour remettre aux KL leurs copies de DS (sauf s'il me faut me rendre d'urgence à l'hôpital).
    Passez une bonne nuit et à très bientôt.
    XH





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique