• Dialogues con-temporains ou L'air du soupcon

    - Eh, Josette, t'as vu M'sieur André?

    - Ouais, eh ben quoi M'sieur André?

    - Eh ben, M'sieur André, i' m'a r'gardé, et même qu'i m'a dit bonjour.

    - Ben ouais, et alors?

    -Ben t'as pas vu à l'télé? Ça s'appelle du... , ah comment qu'i' disent? De l'harcément.

    - De l'harcèlment, M'sieur André t'harcèle? Porte plainte alors!

    - Ouais i' m'harcèle André! Ben sûr qu'j'vas porter plainte. I'l'ont dit dans l'poste.

    - T'as d'la chance, moi j'aimerais ben, qui m'harcèle André. I'm'plaît ben, pas toi?

    - Si, i'est beau, i'm'plaît ben aussi, que j'voudrais l' pécho.

    - Ben alors pourquoi tu portes plainte?

    - Justement!

     

    Autre exemple, dans un autre milieu pour qu'on ne m'accuse pas de dénigrer les pauvres et les incultes: je connais des riches et prétendument cultivés d'autant plus coupables d'être cons qu'ils ont les outils pour ne pas l'être.

     

    -Papa Maman mon colleur m'a regardée dans les yeux !

    -Et alors ma fille ?

    -C'est donc qu'il veut coucher avec moi !

    -Euh…

    - Et en plus il était question dans le texte d'un Monsieur et d'une Dame !

    -Ah oui, en effet…

    - Quand je lui ai dit bonsoir, il m'a dit bonjour, parce que le jour commençait pour lui à l'instant où je paraissais à ses yeux !

    -Oh !

    - Et en plus Mme *** m'a dit que c'était un affreux lubrique, un pervers, qui ne méritait aucune confiance.

    - Dans ce cas…

    - Je ne mettrai plus que des pulls à col roulé, j'irai tout au fond de la classe, je n'écouterai plus,… J'ai peur maman, papa…

    -Bon d'accord, fifille de 20 ans, nous allons signaler ces horreurs à ses autorités, constituer un dossier accablant, le faire exclure de l'enseignement, porter plainte pour harcèlement sexuel. Il sera banni. Nous rendrons ainsi service à l'humanité.