• Démerdez-vous

    Ils ne veulent quitter leurs marais cages

    Ils ne sentent plus les dures piqûres

    Ils gaspillent le meilleur de leur âge

    Et feignent d'ignorer la forfaiture

     

    Ils pataugent dans la putride boue

    S'enfoncent un peu plus à chaque seconde

    Semblent se complaire aux relents d’égouts

    Circulant en odeurs nauséabondes

     

    Quand ils s'ébrouent dans la merde ils sourient

    De toujours plus de laideurs ils s'entourent

    Ils se vautrent dans les restes pourris

    Béats addictifs ne cherchant secours

     

    Se réveilleront-ils avant la fin

    Qu'ils précipitent de leur hébétude

    Les hommes sont-ils voués à ce destin

    D'être prisonniers de leurs habitudes

     

    Je voudrais tant pouvoir les démerder

    Quand je les secoue Tais-toi disent-ils

    Tu nous fatigues avec tes idées

    Laisse-nous dans notre fange tranquilles