• Coupables, tristement coupables

    Condamnés pour non assistance à Terre en danger, pour complicité de planéticide, d' infanticide, de rationicide. Pour votre peine, vous en éprouverez, je vais vous apprendre ce qu'est le remords.

    Vous savez, et vous ne voulez savoir. Vous faites comme si de rien n'est. Or tout est. Tout est catastrophique et nous mène à une mort rapide, cruelle, collective. On laissera d'abord mourir les plus faibles, les plus exposés, mais votre tour viendra, ou plutôt, nantis inconséquents, celle de vos propres enfants à qui vous laisserez en héritage les marées humaines de migrants, les déchaînements climatiques par vous provoqués, une vie d'inquiétude et de guerres. Merci papa, merci maman (pardonnez au passage cette concession à une vision réactionnaire d'un schéma familial qui vous est devenu incompréhensible, tant la propagande anti-norme est efficace).

    Esprits sans esprit, étriqués par vos habitudes, incapables êtes-vous de faire le moindre pas de côté pour vous regarder vivre, si l'on peut appeler cela vivre : abrutis gueule ouverte, domestiqués par quelques cyniques manipulateurs post-délugiens. Grégarisme de la connerie généralisée. Soumission aux ordres consuméristes, américanisation partout, intelligence nulle part, ou presque, divertissements crétins, applaudissements télécommandés. Crédulité ou inconscience, certains sont tellement contaminés qu'ils se transforment en kapos, à en être cons-vaincus. Il y a des degrés dans la collaboration.

    Moi, mes sous, mon corps, ma satisfaction. Vous devriez avoir peur, et vous me faites peur par votre déshumanité. Ce ne sont pas vos voitures, ni vos cartes de crédit, ni vos doigts sur les claviers et manettes des nouveaux maîtres numériques, que vous devriez faire remuer, mais vos neurones, vos synapses, vos capacités intellectuelles. Établissez des liens entre des faits objectifs : le capitalisme est le système qui conduit fatalement à la destruction, le capitalisme est un totalitarisme, vous en êtes victimes consentantes, et donc complices.

    Vous vous croyez informés et vous êtes manipulés, vous vous croyez en démocratie, et vous êtes en profitocrassie, vous vous croyez libres, et vous êtes conditionnés.

    Soyez donc responsables, vous qu'on a entretenus dans une adolescence prolongée, devenez enfin de vrais adultes, prenez vos responsabilités, votre vie et surtout celle de vos enfants, votre destin en mains, en vos mains, coupez les fils qui vous remuent, ôtez vos œillères, et surtout ne dites ni ne pensez: on ne peut rien y faire, autre victoire des salauds.