• Concurrence de dictatures

    L'une est en cours, se prétend démocratique, mais courbe sous son autorité diluée chacun: c'est la loi du commerce mondialisé, de l'emploi présenté comme indispensable, de la consommation inutile, mais nécessaire pour faire tourner la machine, de la finance, des actionnaires, de la recherche insensée du profit, du capitalisme libéral. Elle est d'autant plus néfaste que l'accompagne, à cause de sa dimension systématique, une accélération de la dégradation de la planète. 

    Une autre dictature se pratique, mauvaise réponse à de vrais problèmes, c'est celle des gouvernements autoritaires à la turque. C'est le repliement sur soi, le rejet de l'autre, le patriotisme exacerbé, la mainmise de l'état sur les individus, avec comme corollaires la menace, les mafias, les limitations de la liberté d'expression, ...

    La dictature qui sera peut-être salvatrice, s'il est impossible de faire autrement pour empêcher les dérives dont nous sommes les témoins, c'est celle d'un primat donné au sort de la planète, pour en finir avec les entreprises qui dictent leurs lois, qui détruisent les ressources naturelles, qui s'appuient sur un économisme mortifère anti-humain. Si nous voulons éviter la dimension redoutable d'un tel régime, à nous d'anticiper pour rendre inutile ce recours, en agissant en direction de la décroissance, à commencer par acheter moins, se déplacer moins, consommer moins d'énergie, contribuer à l'écroulement du château de cartes et inventer une société meilleure moralement, parce que son premier souci sera celui de l'avenir de la terre, et donc de ses enfants.