• Changer les systèmes

    On confie au peuple (ou plutôt à chaque individu composant la masse, le peuple ne décide rien, n'existe pas) la responsabilité de choisir qui sera à la tête de l'état, et l'on feint de s'étonner jusqu'à s'en étrangler d'indignation que ce soient des « populistes » qui arrivent au pouvoir. Le problème est que les non-populistes ne sont que des marionnettes au service d'un système économique, qu'ils considèrent comme un devoir de faire perdurer, alors qu'il mène le monde à la catastrophe.