• #balancetacrepe (Faits de printemps)

    Puisque chaque jour les déformateurs éprouvent le besoin de nous trouver des morts tragiques, après Mireille et Arnaud, victimes d'horreurs qui dépassaient leurs personnes, en voilà deux autres, qui nous valent aussi leur lot de reportages sur place, de témoignages, d'interventions de spécialistes: un enfant tué par une crêpe, un père tué par un manège. La veille de Pâques, c'est ballot. Ce qui devait être source de joie vire à la tragédie. Après les avalanches de l'hiver, manèges et lait tuent. Nous allons encore avoir droit pendant quelques jours aux remontées aux causes: l'inconséquence de la maîtresse, la parole des enfants, le droit de manger à l'école, l'origine du lait (quelle vache? quelle entreprise agricole? quel distributeur?), et de l'autre côté: le danger des attractions mécaniques, le boulonnage des engins (quel monteur? quel matériel? quelles autorisations?). Dans quelques jours, il y aura des marches blanches contre les crêpes et les manèges, on mettra des fleurs et des bougies sur les lieux du drame. Et dans quelques mois on nous remémorera ces faits grâce aux procès, avec les déclarations d'avocats, les familles en pleurs, les retour sur les circonstances des drames. Et dans quelques années, les procès en appel, etc.etc. Entre temps, des lois auront été prises, avec leurs débats parlementaires, contre l'usage du lait de vache dans les écoles, ou le double boulonnage des écrous obligatoire sur les engins de fêtes foraines. Et pour nous distraire, on nous trouvera bien de nouvelles morts croustillantes: un décès par ingestion de Kindersurprise, et un autre par imitation de Cloclo.