• Anecdote au jardin

    Me relevant, j'ai heurté de la joue l'aile d'un papillon volant. M'a-t-il laissé comme un baiser, une trace colorée ? Je le rêve en Elle, lui dont l'aile luit. Poésie et métaphore faciles du tout-me-ramène-à-toi des chanteurs à bluettes, à rengaine, à minettes. Poésie dérisoire qu'on pensait compenser. Mais un souvenir n'est pas une semelle, fût-elle de vent, futile aérien de rien. Mon souvenir n'est qu'un souvenir, celui des moments parfaits, des promesses engageantes, de ses yeux dans mes yeux. Ma muse, ma femme, ma promise, m'abandonna. Les couleurs d'aile du volatile s'effacent bien vite. Il est d'autres traces qui ont déchiré mon âme à jamais.