• Agir, oui, mais comment ?

    Ne votez jamais pour un candidat qui s'inscrit dans l'adhésion ou la continuité du système capitaliste. Tout, jusqu'à l'anarchie et la dictature comprises, à condition évidemment qu'elles fassent du sort de la planète le critère absolu, vaut mieux que la perpétuation du système économique impérialiste, qui, non seulement transforme les êtres humains en zombis cons-sots-mateurs, jaloux, obsédés, crétins, matérialistes, égoïstes, soumis, étriqués, veules, mais promet en outre la mort à la terre qui les abrite. C'est à chacun d'entre nous, par ses votes, bien sûr, mais aussi par une vie quotidienne modifiée, de peser sur le fonctionnement des sociétés humaines tel qu'il nous est proposé. Même si des signatures, des marches, des débats, n'ont qu'une répercussion limitée, ce sont des actes par lesquels on peut commencer. Il faut vivre sous le signe du moins, prendre conscience que nous étions habitués au luxe, que nous avons transformé en servitude. Ce qui a été gagné en matériel a été perdu en spirituel. Ainsi le moins en quantité en qualité sera un plus. Moins de consommation d'eau, d'électricité, de voiture, de tourisme imbécile, d'énergie inutile, d'internet, moins de routes, de ponts, de tunnels, de commerce, moins de fréquentation des grandes surfaces, de soumission aux marques, d'achats, d'argent placé : on a fait de nous des complices des profiteurs-pollueurs. Il reste à inventer une vie sans argent, sans industrie, sans commerce. Mais d'abord appliquons le tri des déchets aux responsables de la situation.