• À mes frères de Guyane et de Kanakie

    Chers frères,

    Vous avez tout mon soutien pour votre lutte, pour empêcher la puissance coloniale, et ses entreprises privées, de perforer vos terres, de dévaster vos forêts, pour le plus grand profit de multinationales mercantiles, et de leurs dirigeants. Tout sol est sacré. La clique politico-industrio-financière poursuit son travail de démolition systématique des paysages: leur beauté initiale, agrémentée pendant des siècles par des générations de paysans sages et modestes, disparaît au profit (!) de zones en tôles, d'éoliennes, de mines, d'autoroutes, et toutes autres laideurs de cette triste post-modernité.

    Il nous faut donc lutter

    - d'abord pour préserver ce qui n'a pas encore été touché,

    - ensuite pour détruire ces laideurs qu'on prétend nous imposer, qu'on a fait pousser artificiellement, en prétextant qu'elles étaient indispensables. Elles ne le sont que pour les le confort d'une poignée de capitalistes, d'actionnaires, et de vendus.