• Bienvenue dans les coulisses de certaines classes préparatoires.

     

    En plus de sa rémunération normale, un professeur peut augmenter ses revenus par des heures supplémentaires, et, spécificité des classes préparatoires, en faisant passer des « colles » aux étudiants (entretien individuel oral). Chaque colle génère un revenu supplémentaire.

    L'aspect pédagogique de l'exercice est de préparer une épreuve de concours, de mieux cerner le niveau réel de chacun, et de donner des conseils particuliers à chaque collé, et aussi d'adapter les cours en fonction du bilan global qui se dessine après ces passages en colle.

     

    Aujourd'hui un des responsables des classes préparatoires veut m'interdire de faire passer des colles à l'ensemble de mes étudiants. Des remarques s'imposent.

    Il prend prétexte d'une affaire privée, dans laquelle je ne suis coupable que d'un excès de confiance, pour faire persister une rumeur diffamatoire me concernant, dont il a été dès le début, un des plus zélés propagateurs. Comme il ne peut m'interdire de faire passer toutes les colles, il a sélectionné le minimum légal (en priorité les garçons!), alors que j'avais eu confirmation que le directeur m'autorisait à reprendre cet exercice. Fort de cette autorisation, j'avais donc établi le calendrier avec les étudiants avant les vacances. Ce collègue use donc de ses prérogatives pour interférer non plus seulement dans ma vie privée, mais cette fois dans ma vie professionnelle. Il n'en est pas à son coup d'essai, puisque son co-responsable et lui se sont déjà permis de supprimer mes heures supplémentaires, de supprimer l'enseignement d'Histoire de la Langue et d'Ancien Français que je dispensais, de supprimer, avec l'aide de l'OGEC, ma responsabilité de classe, de me donner un emploi du temps le plus mauvais possible, sans revenir sur leur rôle actif dans la campagne de dénigrement dont j'ai fait l'objet en cherchant à me dissuader à plusieurs reprises de revenir faire mes cours après ma période de dépression réactionnelle liée la réputation qu'on m'avait faite, sans jamais s'inquiéter de mon état, mais au contraire, en cherchant à m'enfoncer toujours plus bas. Constatant leur échec, ils s'en prennent maintenant à mes colles.

    En plus, ce sont eux qui déclarent les colles auprès du rectorat, et qui se servent abondamment de cette manne, qu'ils partagent avec leurs protégés, dont la collègue qui a agi pour me mettre dans la situation dans laquelle je suis aujourd'hui.

    Cette partie du combat est importante pour moi, parce qu'en plus des raisons à déduire de ce qui figure plus haut, la limitation conduirait à sous-entendre que je suis dangereux, mais qu'on livrerait quand même à ma prétendue perversité un certain nombre de victimes !

    Si je n'obtiens pas satisfaction sur ce point, j'ai alerté mon directeur de deux décisions que j'ai prises : si je ne fais pas passer toutes les colles, je n'en ferai passer aucune. J'alerterai la presse de mon affaire, et du harcèlement et des injustices que je subis.

    Il est curieux de constater qu'à chaque stabilisation qui pourrait ressembler à un début d'apaisement, les responsables trouvent un autre motif pour relancer mes raisons d'exprimer mes désaccords.

    Je ne reculerai pas, et suis prêt à assumer toutes les conséquences de ce que j'ai fait et dit, pour le moment je subis des châtiments liés à une faute que je n'ai pas commise.


  • J'ai l'aversion des crises en thème.


  • Dites-le avec des fleurs : « Tu lis peu. »


  • Bobo boit pas lolo, bobo boit bobards, boit bio

    Bobo pas l'auto, vélo, lit LiPo, Oulipo

    Bobo allô écolo, pas coco, pas alcoolo, pas coca-cola

    Bobo paie l'écot, bobo baba met boubou mais pas allah

    Bobo papa a baby (pas bébé), fait la la et baby bêle

    Bobo bibelot biblio photo Bali pas pâli

     

    Bobo a la libido à l'ego






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires