• La vie n'importe pas pour ceux qui lui préfèrent

    L'argent, qui leur rapporte de chers bénéfices.

    Ils supportent riant leurs commises injustices,

    Et se comportent en inconscients mortifères.

     

    Ils connaissent pourtant les suites de leurs choix,

    Ils causent la souffrance et la mort répandues,

    La peine des autres n'est pas peine perdue

    Quand pour leur intérêt on acheta leurs voix.

     

    Ils sont complices de l'empoisonnement,

    Ils contribuent au sinistre réchauffement.

    Leurs dieux s'appellent Total Bayer Monsanto.

     

    Ils adorent la monnaie, l'emploi, la croissance

    Feignant d'ignorer en une triste inconséquence

    Que leur système fait venir la mort bientôt.


  • Par leurs actes on connaît la valeur des gens,

    Certains sont bas, peu punis malheureusement.


  • Faut-il répondre au silence ?

    En montrant de l'insistance ?

    L'autre est à portée de clic

    Grâce aux moyens numériques.

    On n'attend plus le courrier,

    On continue d'espérer.

    Consultation compulsive,

    Chaque minute récidive,

    Et toujours pas de réponse,

    Je m'enfonce, je m'enfonce.

    Que faire de ces contacts

    Qui manquent du moindre tact ?

    On pourrait au moins me dire :

    « Arrête donc de m'écrire ! »

    Alors moi j'adresserai

    Un « Pourquoi, » plein de smaillés.

    Nous n'aurions rien à nous dire,

    Mais le silence, c'est pire.

    Tous ces amis de fesbouc

    Ne seraient-ils que des ploucs ?

    Suffirait l’émoticône,

    Ou bien : « Mais non, je déconne ! »,

    Ou tout ce que vous voulez,

    Pourvu que vous répondiez !

    Dites-moi n'importe quoi,

    Mais surtout restez pas cois.

    Je suis mort si sans message,

    Je veux que quelqu'un partage

    Ce qu'il veut me partager :

    Qu'as-tu ce midi mangé,

    La photo de son assiette,

    Ou le selfie de sa tête.

    C'est pourtant pas compliqué,

    Car il suffit d'appuyer...

    Au secours ! Je suis si seul,

    Just a message, a little !

    Voulez-vous que je déprime

    Ou que je commette un crime ?

    Il me faut absolument

    Ma surdose d'e-calmants.


  • Propagande : donnez votre avis, nous nous occupons du reste, toujours plus de micro-trottoirs...

    Marronnier : c'est l'hiver, attendez-vous à des températures … hivernales !

    Gilets jaunes, gilets jaunes, gilets jaunes, ah et puis des roses, et des stylos rouges....

    Encore des bébés sans bras,

    Encore une avalanche par-ci, un incendie par-là,

    Encore un plan de May (est-ce de saison?), pour sortir de l'UE ; le Brexit ne m'excite !

    Encore des matches de tennis, des scores, je ne sais où, les éliminations, le dernier Français en lice (pourquoi pas Pouille?), la cheville d'Untel, ...

    Et qui veut la dernière déclaration de Griveaux, et les réactions sur les résossossots,

    Certains perdent une étoile au Michelin (c'est gonflé, ce guide ne manque pas d'air!)

    pendant que la lune s'éclipse,

    La Bourse a perdu 0,11%, on cherche encore après,

    Macron n'ira pas à Davos, il ne sera pas accompagné de Benalla, qui a perdu ses passeports au Sénat, il a prêté serment, mais on ne lui a rien rendu,

    Et on oublie d'honorer la mémoire du bon roi Louis XVI, lâchement assassiné un 21 janvier, sous les cris d'un peuple vociférant et téléguidé par une bourgeoisie égoïste et sadique. Aujourd'hui,les exécutions sont minuscules, provinciales et fesbouquées.






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires